You are currently viewing Commencer un potager maintenant

Commencer un potager maintenant

On peut commencer un potager en toute saison.

C’est très intéressant lorsqu’on vise la résilience alimentaire de pouvoir commencer un potager dès qu’on en a l’opportunité.
Toutes fois, il faut connaitre quelques éléments de base pour y parvenir sans trop de difficulté.

Puisque je ne sais pas en quelle saison vous lirez cet article, nous allons tout de suite parler de ce qui est à considérer de façon générale avant de commencer un potager, quelle que soit la saison.

Ainsi, ensuite, il ne vous restera qu’à en venir aux différentes cultures que vous désirez réaliser dans ce potager.

Et bien sûr, les premières cultures à réaliser.

Cet article s’adresse plutôt aux débutants en jardinage sur sol vivant, car les jardiniers aguerris connaissent déjà (normalement) ces conseils.
Un petit coup d’œil rapide pour vérifier et se rafraîchir la mémoire ?

Les bases pour commencer un potager

L’emplacement

Il s’agit surtout de bon sens.
Avant de commencer un potager, il vaut mieux en définir l’emplacement, car celui-ci revêt une grande importance.
En effet, le potager, ou jardin alimentaire, est un lieu où vous devrez vous rendre souvent puisqu’il abritera votre nourriture.
On peut donc considérer que vous lui rendrez visite quotidiennement (en saison du moins).
Idéalement, il pourrait se trouver non loin de la cuisine.

L’exposition :

Le potager sera idéalement exposé sud / sud-ouest, protégé des vents trop violents.
Pas de panique : si on ne dispose pas de ce coin de paradis pour les plantes, on pourra toutefois modifier quelques paramètres de façon à l’adapter au mieux.

Les cultures :

L’emplacement dépendra aussi des cultures.
Certaines demandent du soleil, d’autres de l’humidité, d’autres encore exigent une situation abritée du vent, certaines préfèrent les terres lourdes. Et au contraire, certains légumes se cultivent en terrain meuble qui se ressuie facilement (légumes racine comme les carottes, les betteraves …)
Quelques cultures ont besoin d’un sol riche (choux, artichauts…)

Comme vous ne manquez pas de jugeote, vous trouverez la meilleure place pour installer votre potager.

L’installation

Avant de commencer un potager, chacun fera le dessin de la forme qu’il souhaite lui donner, de l’emplacement approximatif des principaux légumes, notamment ceux qui occuperont beaucoup de place.
Personnellement, je réalise cette étape chaque année sur papier. J’avoue que c’est pour me donner une idée de départ, car en cours de saison, le potager ne ressemble que peu à l’idée que j’en avais au départ. Selon les opportunités de plants ou de graines, les emplacements se modifient et de toute façon, dès qu’une récolte est faite, si petite soit elle, je remplace par un autre plant.

On peut tout inventer.

commencer un potager, les bordures

– Les allées

Leurs dimensions sont à considérer pour la circulation entre les planches. Il faut prévoir les passages de brouettes.
– Et on préparera les matériaux nécessaires à la délimitation des planches si on a prévu d’en faire et si on préfère les délimiter (planches, branches, tuiles…). C’est une pratique assez courante que je trouve bien pratique.
Cela permet également de surélever les cultures si besoin (canards, enfants, mal de dos…)

– On prévoira aussi l’entretien et la cueillette

en aménageant des largeurs maximales de 1m20 puisque le bras peut aller jusqu’à 60 cm pour travailler.

On peut aussi faire des aménagements qui corrigent certains « défauts ». Ainsi, on peut créer un pare-soleil, un brise-vent, provisoire ou non, afin de modifier les conditions climatiques sur un point donné (quelques bûches dressées en palissade par exemple, un muret de pierres… peuvent modifier l’ensoleillement et/ou la chaleur restituée).

On pourrait prévoir de cultiver en 3D, c’est-à-dire en se servant de la troisième dimension, verticale. De cette façon, on cultive davantage sur une même surface, tout en favorisant la cueillette en hauteur.

les points d’eau

Il est impensable de cultiver sans eau.
Bien sûr, le sol pourra en conserver plus ou moins suivant sa texture et sa vie, mais l’eau du ciel ne sera que rarement suffisante pour cultiver et de ce fait, il faudra en apporter.
L’arrosoir seulement ? vous verrez que ce n’est pas vraiment la meilleure solution dès que le jardin grandit (et ça dépend également de la distance et de la fréquence). Les réserves d’eau sur place sont bien utiles.

Définir ses cultures

commencer un potager Lister ce qu’on va cultiver

Cela semble primordial.
En effet, cela permet de bien dispatcher les repiquages et les semis en fonction de l’occupation du sol (durée, surface), de la sensibilité au voisinage (plantes compagnes ou non)
et surtout de la période de ces plantations.
Pour cela, il suffit de savoir ce qu’on mange le plus, ce qu’on aime cuisiner ou ce qu’on pourra facilement conserver.

– Anticiper

Par exemple, la place que prendra un tunnel (même petit)

Préparer les zones de culture.

Ceci peut être réalisé à l’avance. Surtout, il ne faut pas attendre le dernier moment, sinon, gare au « coup de bourre » lorsque la période des semis arrivera (souvent, on se fait déborder juste après les dernières gelées).
Et puis, c’est si satisfaisant de pouvoir semer ou repiquer dès qu’on en a envie (dans le respect des possibilités météo bien évidemment).
Et pour que la vie du sol ait le temps de s’installer, ce n’est pas mal non plus ;-).
De même, si vous désherbez par occultation (bâche, paillage) cela s’effectue au moins 2 mois avant la date d’utilisation de l’endroit.
Et en cas de paillage avec une matière riche en carbone (ce qui est recommandé), cela permettra aux bactéries de faire leur travail sans que vous ayez à redouter la « faim d’azote » (c’est le travail des bactéries qui consomme de l’azote, qui n’est alors plus disponible pour les plantes).

La fertilité de la zone potagère

Pour commencer un potager, quelle que soit la saison, il faut impérativement s’attacher à

créer de la fertilité.

On se doute que je vais vous parler une fois de plus de sol vivant.

On apportera au sol de la matière organique :
Feuilles mortes, Paille, Foin, BRF, BREF (non, ce n’est pas une erreur), Cartons…
On déposera simplement ces matériaux SUR le sol.
Si on a besoin de désherber avant de commencer, il faudra alors disposer 20 cm de matière de façon à occulter la lumière.
Ces gestes vont créer de l’humus, qui est nécessaire tant en terre argileuse, qu’il allège, qu’en terre sableuse, qu’il aide à retenir l’eau.

La petite faune :

En effet, maintenant, vous savez que la faune du sol est notre amie.
Rappel : Elle va nous aider pour aérer le sol, de façon à ce que les bactéries prolifèrent. Ce sont elles qui vont, avec les champignons, digérer les matières organiques qu’on va apporter par la suite (paillages) et fabriquer ce sol fertile, plein d’humus, lequel aidera à garder l’eau entre autre.
Et puis, désormais, il faut que le sol soit couvert de plantes en permanence.
Nous avons déjà vu ces points dans d’autres articles que je vous encourage à relire si besoin (vous tapez un mot clé dans la loupe de recherche du site et vous obtiendrez la liste des pages qui en parlent).

Les micro-organismes :

Au fil de la série d’articles sur les micro-organismes qui commence par « micro-organismes efficaces, leur intérêt« , je vous dis tout sur ce merveilleux engrais qui ne coûte que le mal de le préparer avec les éléments qu’on a en général déjà au jardin, même avant de le cultiver ou dans la cuisine.

Ensuite, il y a les décoctions et purins qu’on peut déjà préparer afin de booster les plantules ou de corriger un terrain qui ne serait pas tout à fait adapté.

Je vous invite à lire ou relire les articles sur le sujet comme
« le meilleur purin de plantes pour chaque utilisation« 
ou encore
« faire soi-même les décoctions pour le jardin« 

Par quelles cultures commencer un potager

A l’étape précédente, vous avez déjà fait la liste de ce que vous mangez et de ce que vous désirez produire vous-même de façon à parvenir non pas à l‘autosuffisance, mais du moins à une certaine résilience.

De manière à prendre confiance en vous, surtout si c’est votre premier potager, commencez par des légumes faciles à obtenir, qui produiront beaucoup sans trop de travail.
De ceux que vous aimez manger, que vous pourrez conserver.

Vous vous attendiez à ce que je fasse une liste ?
Eh bien, vous venez de la faire vous-même en début d’article, puisque vous avez listé ce que vous désiriez trouver comme culture alimentaire.

Allez ! je vais quand même vous aider un peu.
Si vous voulez commencer un potager facilement, voici les principaux légumes qui vous permettront d’avoir des résultats satisfaisants dès la première année :

Jamais de sol nu

Ayez toujours à disposition des plants en godets, que vous aurez fait pousser vous-même ou achetés tout prêts, pour remplacer ceux que vous récolterez.

Mon conseil ?

N’en faites pas de trop si vous débutez (mais vous ne le suivrez pas, c’est dommage).
Le trop est l’ennemi du bien, c’est connu.
Vous risquez de vous épuiser, voire de manquer d’eau pour tout arroser.
Il sera bien temps d’augmenter le nombre de variétés au fur et à mesure de vos réussites.

Attention aux quantités, car certaines années, certains légumes donnent énormément (à moins d’avoir beaucoup d’amis avec lesquels partager).

Faites attention aux hauteurs (ombre), à la gourmandise, à la place que les plantes vont prendre…

Et puis, croisez les doigts

En effet, avec les aléas climatiques que nous subissons chaque année, rien n’est vraiment prévisible.
Ce qui a fonctionné l’année dernière ne sera pas forcément au rendez-vous cette année.
On ne peut qu’espérer la germination, la pousse
On attend souvent l’eau du ciel (prévoyez des réserves)

En tout état de cause, prenez malgré tout des notes sur ce qui a fonctionné, par quelles températures, avec quelle hygrométrie. Notez tous les détails que vous pouvez, de façon non pas à reproduire, ce serait trop facile, mais pour pouvoir envisager plus sereinement les prochaines cultures.

Ne vous découragez jamais

Le plaisir se ramasse, la joie se cueille et le bonheur se cultive.
Accepte ce qui est, laisse aller ce qui était et aie confiance en ce qui sera. (Bouddha)

il ne faut pas s’empêcher d’essayer

Pour en apprendre encore plus

Apprendre pour gagner du temps

Les livres sur tous les sujets abordés ici

Ces livres sont une source de savoir. Ils partagent ce que d’autres jardiniers ont vécu et expérimenté.
Ne vous privez pas de leurs lumières, vous gagnerez beaucoup de temps.

article plus commentaires égal partage

A votre tour

Il faudrait un livre au minimum pour écrire comment commencer un potager, je n’ai pas pu être exhaustive.
J’ai mis quelques liens pour que vous puissiez approfondir les sujets évoqués.
Et je compte sur vous pour compléter dans les commentaires comment vous comptez, vous, commencer votre premier potager.

À tout de suite.

5/5 - (1 vote)

Cet article a 2 commentaires

  1. Coralie

    Merci pour ton article ! J’avais un potager étant enfant, que de bons souvenirs à planter les graines, arroser tous les jours et puis récolter pour pouvoir les retrouver dans nos assiettes ! Grâce a ton article, je ferais cette année un petit potager avec ma fille 😊

Laisser un commentaire