You are currently viewing Pourquoi et comment bien pailler le sol

Pourquoi et comment bien pailler le sol

Vous vous demandez si vous allez pailler votre sol de jardin ou non.
Car oui ! on parle souvent du paillage du sol.
Il y a les jardiniers qui sont pour et ceux qui sont contre. Normal !

Pailler or not pailler voilà la question !

Les questions que vous vous posez surement auxquelles nous allons essayer de répondre :

  • Pourquoi pailler
  • Comment pailler
  • Quand pailler
  • Quand ne pas pailler
  • Avec quoi pailler
    – paillis organiques

    – paillis minéraux
    – paillis synthétiques

Il faut se poser les bonnes questions
Car pailler n’est pas une mode,
c’est la réponse à des réflexions scientifiques
que je vais expliquer ici rapidement.

Jamais de sol nu, pourquoi ?

Le soleil envoie sur le sol des radiations positives (notées +)
Le sol nu est chargé positivement (noté +)
Or, nous avons appris en physique que + et + se repoussent

Que va-t-il se passer lorsqu’il va pleuvoir ?

Pourquoi pailler

1- L’eau, qui va se charger positivement, va migrer DANS le sol et s’enfoncer.
(on a retrouvé un aquifère géant à 4000 m sous le Sahara)

2 – Deuxième observation :
Que se passera-t-il lors d’une pluie sur ce sol chaud ?
L’eau va s’évaporer.

Nous avons donc déjà deux causes de perte d’eau sur un sol nu.

Mais ce n’est pas tout !

3 – L’eau arrive sur votre sol nu
que se passe-t-il ?
L’eau va ruisseler
On appelle cela « la battance ».
Non seulement vous perdrez l’eau, mais aussi la couche supérieure de votre sol, qui se retrouvera dans le fossé, dans la rivière, dans la mer, mais qui sera perdue pour vous avec sa fertilité.

Mais comment pallier ce phénomène ?

Il existe un outil facile à mettre en œuvre pour le jardinier : c’est

la couverture du sol.

En effet, contrairement à ce que nous avons démontré précédemment, le soleil, encore chargé positivement, arrivera sur un sol couvert. Or cette fois, le sol (du fait de cette couverture) sera chargé négativement.

On comprend donc que la pluie arrivant sur cette surface va non seulement rester, mais aussi remonter si elle est piégée dans le sol.

2 – Cette eau ne va pas s’évaporer puisque la surface couverte est plus fraiche.

3 – Et, piégée par les plantes et les racines, cette eau ne va pas ruisseler.

Conclusion, vous conservez votre sol et sa fertilité.

Alors ?
à votre avis, on choisit quoi ?

Personnellement, j’ai choisi de couvrir le sol en permanence.

On peut couvrir avec des plantes,
mais on peut aussi faire un paillis.

On n’aura pas l’effet « racines » avec le paillis, mais on conservera les deux autres effets.
Par la suite, la décomposition de certains de ces paillis produira de l’humus qui a, lui aussi, des avantages (de porosité, de rétention d’eau, et de nourriture du sol, entre autre).

On est d’accord : on paille

Arrivent maintenant d’autres questions :

  • Tout d’abord, existe-t-il une période pour pailler ?
    On peut pailler en toute saison.
  • Paille-t-on sur tous les terrains ?
    Oui, on paille quel que soit le terrain.
    Sur un sol très sec, il est préférable d’arroser très copieusement la terre avant d’installer le paillis.
  • Quel paillis choisir ?
    Tous les paillis végétaux ont leurs avantages et leurs inconvénients.
    Les paillis minéraux ne sont pas utiles au sol, ils se content de limiter le désherbage.
  • Comment dérouler le foin, la paille ?
    Il faut vérifier que le rouleau est bien positionné, ainsi, il suffira de le pousser en le faisant rouler.

Oh la la ! je croyais qu’on mettait de la paille partout et basta ?!

Et bien non, cela dépend du résultat que vous espérez et des matériaux que vous pouvez trouver facilement.

Et puis, il y a aussi les bâches. C’est du plastique, OK !, mais parfois, c’est plus simple à utiliser, plus efficace, c’est de la récup et on peut s’en servir plusieurs années.

Vous voyez, le sujet n’est pas si simple. Mais ne vous sauvez pas, on va débroussailler tout ça en un clin d’œil  😉

Comment est-ce que je paille ?

Grosso modo, je pratique de différentes façons suivant les situations.

Ainsi, je pose des films maraichers tissés pour désherber rapidement et préparer les espaces pour les petites graines (carottes, navets…). En plus, au printemps, le film sombre réchauffe le sol.
Ensuite (2 mois plus tard en général), je les enlève… ou pas (alors, je les perce pour repiquer).

Toutefois, pour ce qui est repiqué, je préfère les paillis de végétaux (paille, foin, tontes…) que je peux écarter pour planter.

Et pour me servir de l’effet déco, je me sers de paillettes de lin par exemple (autour des plantes de petite taille le plus souvent), voire de matériaux minéraux comme l’ardoise, la pouzzolane, les galets

Protéger la vie du sol

sol couvert contre le gel

De plus, sachez que le paillage, quel qu’il soit, assure la protection des insectes auxiliaires, en leur fournissant une défense contre le froid ou la chaleur, la sécheresse, la pluie battante, ainsi que le gîte et le couvert lorsqu’il s’agit d’un paillage organique.

Enfin, chaque fois qu’une place se libère, j’ajoute une autre plante, ou bien, je sème un engrais vert (ainsi, tant qu’il ne fait pas trop chaud, j’aime bien repiquer des épinards ou des salades dans les emplacements laissés libres, mais les œillets d’inde, les soucis etc, trouvent leur place là aussi).

Recommandations :

Je vous conseille de faire un tour sur les autres articles du blog
et particulièrement sur celui qui explique le paillage au début d’un jardin

Vous y découvrirez

  • comment pailler avec du carton
  • comment planter avec la paille
    (et la redoutée « faim d’azote »)

et dans l’article sur la préparation du sol en automne
vous en apprendrez plus sur le et BRF et le BREF

En vidéo, mon ami du potager plaisir présente une vidéo intéressante pour bien pailler votre potager.

 

 
article plus commentaires égal partage

Posez vos questions

En bon jardinier curieux, vous avez sans doute mille questions qui vous viennent à l’esprit à cet instant.
Voulez-vous nous les faire partager ?

Moi aussi, j’en ai pour vous :

Paillez-vous ?
Avec quoi ?

Pourquoi ?

Allez ! on se retrouve dans les commentaires…

5/5 - (1 vote)

Cet article a 5 commentaires

  1. Béranger

    Bonjour Corinne. Trés interessant ton article. Pour ma part, je paille à partir du moment ou il commence à faire chaud ou qu’il ne pleut pas. En général je paille au milieu du printemps, soit avec du foin soit avec de la paille, selon ce que j’ai pu trouver. Ensuite je le retire à l’automne et laisse les plantes sauvages coloniser l’espace, certaines sont comestibles et je peux les réutiliser dans mes recettes. Je paille aussi certaines plantes en hiver parce que chez moi, il y a une période de l’hiver ou les températures passent en dessous des-15°C. Pour de l’estragon, ce n’est pas idéal, pour les fuchsias non plus. Climat continental oblige.
    J’ai essayé de laisser le jardin pailler toute l’année mais j’ai eu un développement important de renoncule rampante. En bio indication, elle indique un excès de matières organiques carbonées qui n’arrivent pas à se dégrader, et un excès d’eau pendant la période hivernale. Cette plante vient rééquilibrer le sol dans ces conditions.
    Depuis que je ne paille plus l’hiver, j’ai un recul de cette plante, par contre maintenant c’est la véronique de perce qui colonise le jardin. Je vais regarder ce qu’elle rééquilibre.

    1. Noyaudujardin

      Merci pour ton commentaire pertinent. Et oui, le paillage ne consiste pas seulement à mettre de la paille, c’est très complexe, c’est un OUTIL qu’il faut manipuler avec précaution malgré tout. Je vois que tu es connaisseur.
      Penses-tu avoir suffisamment de micro-organismes pour digérer le paillage, d’où les renoncules ? Je constate également que tu disposes du fascicule des conditions de levée de dormance des plantes bio-indicatrices de Gérard Ducerf, j’ai affaire à un connaisseur. Enchantée de faire ta connaissance.

  2. Vraiment très intéressant !
    J’ai découvert ce qu’était un aquifère, c’est ce que moi j’appellerai un lac sous terrain ! Mais là de 4000 mètres effectivement c’est géant.
    Mais surtout je connais maintenant l’importance de pailler un sol, je me doutais qu’il y avait au moins une bonne raison, mais sans la connaitre.
    Penses-tu que dans des régions ou le soleil est très présent, il est intéressant de pailler des gros pots avec des plantes dedans afin de préserver l’humidité ?

    1. Noyaudujardin

      Oui, je le pense. Car cela évitera une partie de l’évaporation. J’avais un patio lorsque j’habitais Séville dans lequel j’avais installé beaucoup de plantes en pots, et tout était paillé (avec des galets blancs sur du carton dans mon cas), c’est plus prudent.
      Ne pas les laisser en plein soleil ou ombrer peut être intéressant aussi.

  3. Laura

    Merci pour tous ces bons conseils et infos sur le paillage ! C’est tellement important pour avoir un bon sol !

Laisser un commentaire