You are currently viewing Culture du poireau du semis au repiquage

Culture du poireau du semis au repiquage

Lorsqu’on dit poireau, tout le monde connait.
Pourtant, il y a tant à découvrir sur ce légume familier.

La culture du poireau devient indispensable au potager.

La culture du poireau se réalise
en 3 saisons et 2 étapes

Vous avez envie de manger de bons légumes du jardin même en hiver ? le poireau est ce qu’il vous faut.
En effet, la culture du poireau se réalise
sur les 3 saisons :

  • Été,
  • Automne
  • Hiver

La culture du poireau se fait chaque fois en 2 étapes :

  • Le semis en pépinière
  • Le repiquage en place

Nous allons voir dans cet article

  • Pourquoi manger des poireaux
  • quel type de sol est adapté à la culture du poireau
  • Quand et comment semer
  • Quand et comment repiquer
  • Les compagnons du poireau
  • Les maladies rencontrées durant la culture du poireau
  • Les protections

Poireau qui es-tu ?

Le poireau (Allium porrum), était déjà cultivé dans l’Égypte ancienne où il était un symbole de victoire.
Le pharaon Kheops
 en offrait à ses meilleurs guerriers.
Chez les romains, Néron en consommait une grande quantité pour entretenir ses cordes vocales (vertu réelle ou simple délire ?).
C’est par les romains que le poireau est arrivé en Grande-Bretagne.
Une anecdote
relate que les soldats gallois en avaient planté dans leurs chapeaux comme signe de reconnaissance.
Du fait qu’ils ont gagné ce jour-là, le poireau est devenu le symbole du pays de Galles.

En France, au Moyen Âge, on en faisait la « porées ».
Il a conservé ce nom.

Pourquoi manger des poireaux

Mange ta soupe, tu deviendras grand.

C’est ce que prétendait ma grand-mère.

En fait, les légumes n’ont pas le goût sucré que préfèrent les enfants, alors, en potage, il est parfois plus facile de les leur faire avaler. Et l’argument ‘’Mange ta soupe, ça fait grandir’’ est bien un incitateur.

Car le poireau est d’un grand intérêt dans l’alimentation  (même s’il ne fait pas vraiment grandir)  et pas que pour les enfants :
En effet, il a de nombreux atouts.

Atout 1 :  riche en fibres

2,3 grammes de fibres par 100 grammes. Ce qui est particulièrement utile pour relancer un transit intestinal ralenti.
Ces fibres prébiotiques favoriseraient les bonnes bactéries intestinales et auraient un effet relaxant.
Cette richesse en fibre nous amène à être rassasiés plus rapidement (pour contrôler l’appétit, c’est pratique).

Atout 2 : très pauvre en calories

32,6 kcal par portion de 100 grammes
Pour ceux qui veulent contrôler leur poids.

Atout 3 : riche en eau et en sels minéraux

Beta-Carotène, Zinc, Sodium, Sélénium, Potassium (151 mg pour 100g), Phosphore, Manganèse(traces), Magnésium (8,45 mg /100 g), Cuivre, Calcium (25,6 mg/100g).
On notera que le potassium réduit la pression artérielle.

Atout 4 : diurétique

Le poireau est riche en eau.
Il favorise l’élimination de manière générale et il a la capacité à éliminer l’acide urique.

Atout 5 : riche en soufre

Comme l’aïl et l’oignon, il serait protecteur contre les maladies cardiovasculaires et certains cancers.

Atout 6 : riche en anti-oxydants

qui lui confèrent des propriétés

  • anti inflammatoires,
  • anticancéreuses,
  • neuroprotectrices,
  • cardioprotectrices.

Atout 7 : les vitamines

Les poireaux sont une excellente source de vitamines du groupe B (B1, B2, B9 et la vitamine B6 qui joue un rôle énergétique, agit sur le système nerveux, aide à la formation de globules et peut agir contre la fatigue).
Ils sont pourvus en vitamine C et E, ainsi qu’en pro-vitamine A

Manger des poireaux de votre jardin

Les qualités du poireau cultivé au potager dépendront du sol qui doit être riche en compost et en matière organique.
Du coup, quoi de mieux que de les cultiver dans VOTRE sol.

Un bon sol pour la culture du poireau

poireau au potagerNature du sol :

La culture du poireau s’effectue dans un sol profond, frais et riche en matière organique.
Le Ph : 7 à 7,5 (ni acide ni basique = sol neutre).

Un sol meuble :

Pour savoir si le sol est bien préparé, prêt à recevoir le poireau repiqué, il suffit d’enfoncer le doigt.
Si le doigt ne peut pas pénétrer facilement en entier, c’est que le sol n’est pas assez meuble et qu’il convient d’ajouter du terreau et de mélanger.

Besoins en eau :

Les besoins en eau du poireau sont assez élevés. Les arrosages doivent être très réguliers.

Entre les plants repiqués :

  • Écartement entre rang : 60-70 cm
    de façon à repiquer d’autres légumes entre les rangs.
  • Écartement sur le rang : 8-10 cm

Culture du poireau d'été

La distinction entre les différents poireaux se fait essentiellement par leur durée de culture.
Le poireau d’été a une durée de culture plus courte, avec une durée de croissance de 80 à 100 jours après la mise en place définitive.
Le poireau d’hiver quant à lui, peut rester en terre de 180 jusqu’à 300 jours.

Pour le poireau d’été :

  • Le semis débute en février/mars, en pépinière.

À cette époque, la terre du jardin est encore trop mouillée.
J’utilise des jardinières profondes (ou des caisses à poissons en polystyrène) remplies de terre mélangée à du terreau très décomposé que je place dans la maison (17 à 20°C) à la lumière, jusqu’à la levée des graines.
Lorsque les pousses forment un crochet de 2 cm, j’habitue les plantes à la température extérieure de façon à les endurcir.

  • Ensuite, la plantation en pleine terre se réalise (en général) en mai, dès que le plant a atteint la grosseur d’un crayon.
    À ce moment, on arrache le poireau et on « l’habille » avant de le repiquer dans des sillons.
  • Ce poireau pourra être récolté entre juillet et octobre et même se poursuivre durant l’hiver

Ma variétés préférée :

Gros jaune du Poitou :

Semis : février  / mars
Repiquage : mai / juin
Récolte : automne et hiver
Résiste à – 10 °C

Culture du poireau d'automne

Réalisé de la même manière que la culture précédente

  • le semis se passe en mars/avril, en pépinière.
  • Et la plantation sera réalisée en juin.
  • Ces poireaux peuvent être récoltés entre septembre et mars

Ma variété préférée :

Le gros long d’été :

C’est une variété frileuse.

Semis : mars / avril
Repiquage : juin / juillet
Récolte : automne uniquement

Culture du poireau d'hiver

De la même manière que pour les autres saisons de culture du poireau,

  • Le semis se réalise en avril/mai
  • et la plantation est à réaliser en juillet.
  • Ces poireaux pourront être récoltés entre janvier et avril.

Mes variétés préférées :

Poireau d’hiver St Victor :

Semis : février  / mars / avril
Repiquage : juin / juillet / août / septembre
Récolte tout l’hiver
Particularité : Ses feuilles sont décoratives en hiver car elles prennent une belle couleur violet sur les pointes.

Monstrueux de Carentan :

Je le cultive depuis que je suis petite.

Semis : février  / mars / avril
Repiquage : juin / juillet / août / septembre
Récolte : en hiver, jusqu’au printemps.

Généralités sur la culture du poireau

Ce sont les principaux gestes à réaliser pour la culture du poireau.

Nous cultivons le poireau comme un légume annuel.
Pourtant,
le poireau est en réalité une plante vivace.
(nous verrons plus bas comment faire un « poireau perpétuel« ).

De ce fait, sa résistance au froid (jusqu’à – 7 °C, voire davantage pour certaines variétés) permet de le cultiver même en hiver sans protection particulière.
En revanche, le poireau n’aime guère la canicule et surtout pas la sécheresse.

C’est pourquoi on le paille
en été contre la chaleur et le dessèchement
et en hiver contre les grands froids.

Repiquage :
« habiller ou ne pas habiller ?

habillage du poireauL’habillage du poireau avant repiquage consiste à couper aux ciseaux les racines (laisser 2 ou 3 com) de façon à forcer le poireau à faire de nouvelles racines.
Et couper le haut du poireau aux ciseaux (laisser 20 ou 25 cm au total) évite l’évaporation et devient nécessaire lorsqu’on a amputé les racines.

Certains jardiniers ne le font plus, pourtant, il vaut mieux que les plants refassent de l’apex neuf plutôt que réparer celui qu’on vient de lui abimer en l’arrachant.

Butter (or not butter) le poireau ?

On repique le poireau dans des sillons que l’on referme sur les racines en maintenant les plants légèrement horizontaux (pour favoriser l’enracinement pour que la terre revienne bien en contact avec les racines).
Le poireau se redresse en quelques jours.

Ensuite, certains jardiniers buttent les rangs de poireaux, certains ne le font pas…
Personnellement, je trouve que le buttage permet un premier désherbage et maintient le poireau dans une terre qui se « ressuiera » plus facilement.
À chacun sa manière de faire.

Une très bonne vidéo de Xavier Mathias sur la culture du poireau.

Les bons compagnons

La culture du poireau n’est pas très compliquée.
Toutefois, lorsqu’on pratique le compagnonnage (c’est recommandé) il vaut mieux faire attention à certaines susceptibilités.
C’est ainsi que

  • Le poireau aime
    Carotte, céleri, laitue, mâche, oignon, tomate.
  • En revanche, il déteste
    betterave, chou, brocoli, fève, haricots, pois et pomme de terre.

Remarque :

Après le deuxième buttage du rang de poireau, on peut repiquer des petites mottes de plantes entre les rangs.

Les maladies du poireau

maladies du poireauSuivant la météo, le poireau est plus ou moins sujet à des maladies comme

  • La Fusariose
  • Le Mildiou
  • La Rouille

qu’on évite en laissant de l’espace entre les plants et entre rangs. La circulation de l’air est importante.
Si la maladie se déclare, traiter rapidement avec des purins et décoctions est important.

Les bactéries

Une fois développée et devenue active, elle est très difficile à éradiquer.>
Le développement des bactéries est plus important lorsque les températures sont inférieures à 25 degrés dans des conditions humides.

Les insectes

  • La mouche mineuse du poireau et de l’oignon (Napomyza gymnostoma syn. Phytomyza gymnostoma)

Elle sévit l’été et par temps humide.

la mineuse du poireauAucun purin de plante n’a montré de résultats probants dans la
lutte contre la mouche mineuse du poireau
.

Il existe cependant des prédateurs naturels de la mouche mineuse du poireau. Pour les attirer, il peut être intéressant de cultiver à proximité des fleurs d’achillée millefeuille, de bleuet, de vesce, de tanaisie, de millepertuis par exemple.

  • La teigne du poireau (Acrolepia assectella)

Est la larve d’un petit papillon d’environ 16 mm de couleur brunâtre.
Elle mesure environ 10 à 12 mm et est plutôt jaunâtre,
Les larves creusent des galeries
dans les feuilles et parfois
vont vers le cœur.
Les 1ers vols ont lieu en
mars-avril 2 à 3 générations par an.

  • Les Thrips

Les larves adultes font 1 à 2 mm et sont de couleur jaune orangé.
Les piqures d’alimentation provoquent des jaunissements et la déformation des feuilles.

Lutter contre les ravageurs du poireau

Le voile anti-insectes (à mailles très fines de 0,5 à 0,8 mm maximum) doit être posé au minimum au printemps puis courant août au-dessus des jeunes plants.

Inutile de compter sur la chaleur du compostage, les larves et les pupes de la mouche mineuse du poireau y survivent.

Les trucs :

  • Tremper les plants dans de l’eau additionnée d’eau de javel avant de les repiquer.
  • Laisser les plants sécher et faner légèrement avant de les repiquer

C’est ce que je fais, mais la meilleure des solutions a été le voile.

 

Les poireaux dans les recettes

poireau cuisiné par un chef

Tout se mange dans le poireau.
Certains chefs laissent aussi les radicelles qui, bien grillées, servent en plus de décoration (et se dégustent).

Nous connaissons beaucoup de recettes qui emploient les blancs de poireau.
Désormais, nous garderons également les verts bourrés de nutriments, qui pourront faire de bons potages.

La meilleure façon de cuire les poireaux sans perdre leurs nutriments est la vapeur.

Cuire les radicelles :

Des petites têtes chevelues pour amuser les enfants.

  • Faites tremper le bout blanc (1 ou 2 cm) du poireau muni de ses « cheveux » dans de l’eau vinaigrée pendant 15-20 minutes.
  • Changez l’eau et renouvelez l’opération.
  • Séchez délicatement avec du papier absorbant,
  • trempez dans la farine,
  • secouez doucement et
  • enfin, mettez à frire.

Vous réaliserez ainsi des recettes saines et créatives.

Le poireau perpétuel

Vous n’avez pas envie de semer des poireaux sans arrêt ?

Le poireau perpétuel (Allium ampeloprasum) devrait vous plaire !
Il est, comme son nom l’indique, vivace.
Mais attention, si on peut l’utiliser en cuisine (une saveur plus fine), un peu de la même manière qu’on utilise le poireau cultivé annuellement, il en est toutefois légèrement différent.

En effet, c’est un poireau de petite taille (un doigt).
Le bulbe
, à la base, est plus renflé.

Culture du poireau perpétuel :

Cultiver le poireauOn le cultive à partir de bulbilles, qu’on plante du 15 août jusqu’à la fin septembre, dans un emplacement ensoleillé (ou mi-ombre si le soleil est encore trop ardent).

Ce sera un poireau à couper.
La première récolte débute environ  3 mois après la plantation, soit de l’automne jusqu’à la fin du printemps.
Et oui ! Il rentre en repos végétatif durant l’été.

Le poireau perpétuel émettra par la suite d’autres bulbilles.
Lorsqu’elles seront trop serrées, il n’y aura qu’à les séparer pour les replanter un peu plus loin.
Car le poireau perpétuel peut donner des récoltes correctes pendant 2 à 3 ans. Mais ensuite, au printemps suivant, il faudra remplacer les bulbilles récoltées durant la période de repos.

Poireau sauvage

Le poireau sauvage

On peut cultiver le poireau, c’est certain.
Mais on peut aussi conserver au jardin ou découvrir dans la nature des poireaux sauvages (Allium polyanthum).

On les reconnait au printemps (vers février en France) à leurs inflorescences en pompon, les mêmes que les poireaux de culture.

Les plants ressemblent aux poireaux perpétuels.
On les ramasse en automne ou en hiver. La tige centrale apparait ensuite. Elle est très fibreuse, on ne la mange pas.

On peut mentionner certaines recettes de grand-mères

Ainsi, un bouillon de racines de poireau serait efficace contre la cystite.

La recette :

  • Faites bouillir l’équivalent d’1 bol d’eau
  • puis jetez-y les racines de poireaux bien lavées.
  • Laissez infuser pendant 15 minutes.

Sous forme de bouillon par exemple, le poireau aide à éliminer l’acide urique.

4.4/5 - (5 votes)

Cet article a 6 commentaires

  1. A.Sophie

    Super article ! C’est complet ! Je vais me commander des graines de poireau… mais au Québec, gare au froid…

    1. Noyaudujardin

      Toutes les saisons sont bouleversées partout.
      Mais en choisissant bien sa variété et l’emplacement, on doit pouvoir faire pousser des poireaux, partout aussi.

  2. Julien

    Merci pour ces conseils ! j’ai essayé dans mon jardin mais ils ne grossissent pas. Peut être les association ou la terre pas assez meuble. Je vais essayer d’appliquer ces conseils cette année !

    1. Noyaudujardin

      Les poireaux sont très gourmands. Cette année sera la bonne 😉 on croise les doigts.

  3. Jessica

    Dans mon petit potager, je cultive surtout les grands classiques : courgettes, potirons, salade, concombres… j’ai déjà essayé le chou blanc, mais ça n’a rien donné. J’essaierais bien le poireau cette année, mais sous sa forme perpétuelle, ça m’intrigue !

Laisser un commentaire