You are currently viewing Février Faire ses semis

Février Faire ses semis

« Dès le milieu du mois, le jardin commence à sortir de sa torpeur » nous dit-on,
et les étals des marchands commencent à se garnir de plants en tout genre pour nous tenter.
Est-ce bien raisonnable ?
Nous allons voir que OUI, c’est déjà possible.

En février au jardin, la météo peut être traitre.

Les journées alternent entre très beau temps et chute de verglas. C’est fou !
Pourtant, la sève commence à monter, celle du jardinier en premier

Alors, que peut-on faire au jardin en février sans prendre trop de risques ?

Normalement, on a déjà planté en fin de mois dernier l’aïl (rose) et l’oignons (bulbilles) en terrain bien perméable ou sur butte.
Il est temps de penser aux échalotes.

En février au potager on peut déjà semer

semis en pleine terrelorsque les températures le permettent

En extérieur en place

  • Les fèves.
  • Les carottes primeurs.
  • Les céleris raves.
  • Les épinards de printemps.
  • Les petits pois.
  • Les poireaux.
  • Les laitues de printemps.
  • Les navets de Milan (primeurs).

A l’abri en pots à replanter

lorsque les limaces auront autre chose à manger.

Je vous ai déjà présenté ma façon un peu différente de concevoir mon potager afin d’éviter pas mal de ravageurs.
Voilà pourquoi je préconise de semer en pots et de repiquer en poquets, sans séparer les plantes ni abimer les racines.

Pour agrémenter les plats, augmenter leur saveur, on pensera aux aromatiques et aux condimentaires comme

  • le persil (plat ou frisé),
  • les basilic,
  • les ciboulettes…

puis aux médicinales comme

  • bourrache,
  • camomille …

alvéoles pour semisEn intérieur on peut commencer

(à une température ambiante de 18-20°C , voir l’article sur la lumière)

  • petits pois et fèves en grands pots ,
  • ainsi que les artichauts (graines).
En terrines, en alvéoles ou en godets on sèmera
  • des laitues pour en avoir rapidement
  • et des aubergines qui ont une croissance lente.

On sèmera également

  • les poireaux,
  • le persil,
  • les brocoli,
  • les chou-fleur,
  • les épinards,
  • les céleris branche.

Et si on est pressé ou qu’on possède une serre on peut démarrer

  • piments
  • et poivrons.

Personnellement, je ne conseille pas de commencer les semis de tomates avant la fin du mois voir mi-mars. Je sais que l’an derniers certain(e)s on démarré tôt et ont bien réussi, mais c’est souvent la chance des débutants et le poker des saisons. Ah ah ! les miennes ont largement rattrapé par la suite. Mon conseil est donc : ATTENDEZ ! il y a bien d’autres graines à semer.

Sans oublier qu’on doit aussi préparer

  • des œillets d’inde (tagettes),
  • des cosmos,
  • des soucis
  • ou encore des pavots qui attireront les pollinisateurs
  • ainsi que des capucines qui détourneront les prédateurs comme les pucerons.

Faire ses semis

Pourquoi faire ses semis

Je ne peux que vous dire pourquoi je fais mes semis moi-même, car chacun a ses propres raisons.

Car j’avais envie de voir grandir mes bébés. C’est peut-être une réaction féminine.
Et puis, je voulais pouvoir suivre le processus de A à Z pour le maitriser.
Ou encore je voulais avoir plus de diversité car je ne trouvais pas en plants tout ce que j’aurais voulu expérimenter.
Pourtant j’ai un excellent maraicher sur sol vivant à 10 minutes de chez moi qui propose (sur mes conseils, je suis fière) des plants au printemps.

Et puis comme je paille beaucoup, j’ai des limaces, malgré mes efforts pour leur fournir à manger AILLEURS.
Cela me permet de protéger mes semis en les faisant pousser en pot et en repiquant en place lorsque les plants sont moins apétants.
Cela me permet aussi de faire pousser de petites quantités à la fois et ainsi de pouvoir étaler les récoltes.
Et puis, cerise sur le gâteau, lorsqu’on a du temps à leur consacrer, gratuit, ça revient moins cher.
On peut aussi en faire un peu plus et échanger (hors période de confinement), c’est un aspect annexe mais non négligeable.

Enfin, faire du tricot, des puzzles, du bricolage  ou des semis, quelle différence ?
Dans la vie, il faut s’amuser, faire des expériences

Semons des graines

Quand commencer à semer ?

Ça dépend de plusieurs facteurs

serre froide les semis

  • Si on a une serre où transporter les plantules assez rapidement
  • Si on est dans une région plutôt que dans une autre
  • Quelle est la chaleur requise avant de pouvoir repiquer
  • Quelle est le temps de pousse à prévoir avant de repiquer
  • etc…

Je ne parlerai donc que de ce que je connais, les semis en région moyenne, ni au nord, ni dans le sud.
En expliquant le pourquoi du comment, je pense que vous pourrez adapter à votre cas personnel.

Et la première recommandation que je ferais est de BIEN LIRE LES INDICATIONS portées sur le SACHET de GRAINES. Vous saurez ainsi à quelle température extérieure vous pourrez repiquer, et quel est la durée de culture nécessaire avant la récolte.
Ainsi une salade poussera très vite alors qu’une aubergine demandera beaucoup plus de temps avant de pouvoir être récoltée.
Un poireau ne demandera pas autant de chaleur qu’une fève qui n’aime pas le chaud, alors qu’elle supporte bien le froid. Si comme je le préconise, on la cultive en grand pot pour la replanter ensuite, on a quand même intérêt à les démarrer tôt en saison (voir avant la saison) afin qu’elles aient le temps de donner leurs gousses avant de souffrir de la chaleur.

Vous l’avez compris : «  quelle que soit la question, la réponse est : « ça dépend »

Les conditions minimales sont souvent

Vous pouvez vous référer aux précédents articles qui vous donneront les renseignements sur ces sujets

Maintenant, nous pouvons entrer dans le vif du sujet :

Semer

Comment semer ?

En extérieur :

Écarter le paillis et semer à la profondeur indiquée sur le paquet de graines (recouvrir la graine de l’épaisseur qui correspond à une fois son diamètre)
Que ce soit en carrés potagers ou sur planches de culture.
Au fur et à mesure de la pousse des végétaux, on peut ramener le paillis pour éviter que la terre ne se retrouve à nu et pour conserver l’humidité et éviter les adventices.

semis de janvier en interieurEn intérieur

Avantageusement dans du terreau à semis, moins riche que le terreau ordinaire, d’où la nécessité de repiquer rapidement la plantule. Sinon, en terreau ordinaire. C’est celui que j’utilise (non, je n’ai pas encore réussi à faire le mien)

A froid, on peut commencer derrière la fenêtre placée au sud  les précoces qui seront avantageusement démarrées en pots profonds qui seront par la suite repiqués en « poquet »
L’autre avantage ce situe en terre lourde car les graines auront moins de difficulté à germer dans les pots en terre légère et aérée.

Je commence plus tôt ce qui va pousser en serre puisque je peux gagner presque un mois (serre froide)

Cette fois, il faut vraiment penser aux lampes de culture (voir l’article) pour éviter que les plants ne filent.

Semer en alvéoles ou en godets.

Il faut connaitre la taille des racines avant de choisir le contenant.
Ainsi vos plants souffriront moins lors des repiquages.
Une salade n’a pas la même racine qu’un artichaut par exemple. Pour ce dernier on utilisera un pot profond.

deuxième vie des contenantsLa récupération

Acheter des contenants peut s’avérer couteux.
Je récupère des tas de contenants comme les pots de yaourts, les petits suisses pour remplacer les alvéoles toute prêtes.
Si le contenant est petit et que la plante le supporte (certaines n’aiment pas qu’on dérange leurs racines) on peut repiquer dans un contenant de taille supérieure dès deux « vraies » feuilles.
Les barquettes transparentes sont intéressantes également car on peut par la suite refermer le couvercle pour garder la chaleur lorsque cette barquette de semis passe dehors la journée en attendant les conditions favorables pour le repiquage. Celles qui servent à présenter le poisson en grand surface, en polystyrène, peuvent convenir car en plus elles gardent bien la chaleur, en évitant les fluctuations.
Toutes sortes de pots bien sur sont utilisables.
Les bacs du poissonnier en polystyrène blanc ont des avantages également, encore faut-il avoir la place pour les mettre sous lampe ou alors ils peuvent être utiles lorsqu’on avance dans la saison et qu’on peut pratiquer dehors. A moins qu’ils servent à ranger de plus petits pots pour avoir moins de manipulation…à vous de trouver ce que vous préférez.

La solution intermédiaire : Les châssis

Les couches chaudes,

comportant une couche de fumier qui, en se décomposant, va faire chauffer la couche.
C’est très pratique pour un premier repiquage.

Donc on peut soit

  • poser les bacs directement sur la surface,
  • soit repiquer en terre et alors il faut bien penser à mettre une couche de terre entre le fumier et les racines des plantules qui sans cela grilleraient, par l’action de la chaleur et aussi par l’excès d’ammoniaque.

La couche froide

Dans le châssis, on repique sans fumier, en terre légère, et on referme la plaque transparente pour garder la chaleur et l’humidité sans ôter la lumière.

Si vous ne l’avez pas encore fait, je vous recommande de télécharger MON GUIDE GRATUIT dans lequel j’explique comment choisir ses graines et comment se les procurer de diverses manières.
Les marchands de semences ne sont pas les seuls à pouvoir vous procurer des graines…

Le suivi des semis

L’arrosage

En extérieur, c’est rare de ne pas savoir arroser.
En général on préconise d’arroser plutôt une bonne fois puis laisser l’eau s’infiltrer
La racine suivra l’eau et plongera dans le sol.

En intérieur, c’est le même principe:
Sauf au moment du semis, où on arrose au pulvérisateur par le dessus, pour que la graine adhère au substrat.
Par la suite il est plus avantageux de mettre de l’eau au fond d’un récipient et de poser les godets dedans pour arroser par le fond.

Que peut-on aussi faire au chaud ?

En plus de semer, on peut aussi faire germer en intérieur les patates douces, les topinambours
et faire germer les pommes de terre.
Beaucoup de vidéos sont disponibles sur le sujet. (Ma préférée est celle-ci)

Vous aussi le semoir vous démange ?

Alors maintenant, c’est à vous ! expliquez nous tout dans les commentaires ci-dessous

Cet article a 7 commentaires

  1. Céline Conrardy

    Toujours aussi plaisant d’avoir une todo liste déjà faite de ce qu’il faut faire ! Yapluka fokon…Merci !

  2. Fatima

    Merci pour ce bel article !! Dehors je ne peux rien faire actuellement car sous la neige !

    1. Noyaudujardin

      Et oui! les années se suivent et ne se ressemblent pas. L’année dernière ici (Poitou) il faisait doux à la même date,cette année une pluie verglaçante rend le paysage magnifique mais interdit le travail au potager.

    2. Noyaudujardin

      En février les jours se suivent et ne se ressemblent pas. Un peu de patience, la neige va fondre et le soleil revenir avec sa chaleur. C’est juste un petit décalage…

  3. Marie

    Je garde ces conseils pour dans 6 mois( tout est inversé dans l’hémisphère sud. Même si c’est tropical. Il y a franchement un hiver !) Merci !

    1. Noyaudujardin

      Oh…je ne pensais pas être lue si loin 😉
      Bien sur, tu trouveras ce qu’il te faut au fur et à mesure des mois qui passent.
      Bonnes cultures

Laisser un commentaire