Le nez au jardin

Le nez au jardin

Comment se comporte notre nez au jardin ?

Dans le monde végétal, des molécules odorantes telles que les phytohormones, qui interviennent dans la communication entre différents individus végétaux, jouent un rôle majeur.

Les parfumeurs connaissent bien l’ importance des odeurs du monde végétal

Dans les parfums, on reconnait les odeurs

Des fleurs.
On retrouve les odeurs de toute sorte de fleurs, fleurs de rose, de jasmin, de violette, de fleur d’oranger, de lavande, ou d’autres encore

Des fruits. Les odeurs de l’orange et du citron ou encore de la vanille (bien qu’en parfumerie, elle soit le plus souvent synthétisée) sont très présentes.   

– D’autres matières végétales sont également utilisées en parfumerie, et elles sont nombreuses :  certaines parties des arbres: on se sert de l’écorce (cannelle, cèdre ou bouleau). ou de la résine (encens.) On se sert des simples herbes, dont en prend les feuilles (romarins, verveine, patchouli), les racines (gingembre). Ou alors on se sert des graines (coriandre).

Comment est-ce que nous communiquons avec les odeurs ?

Nez qui es-tu ?

Dans le nez, seules les fosses nasales sont importantes concernant les odeurs.

Elles ont une forme irrégulière à cause de la présence de trois cornets osseux et communiquent par de petits orifices avec les sinus des os avoisinants (frontal, ethmoïde, sphénoïde, maxillaires) ; elles s’ouvrent à la fois vers l’extérieur (narines), et vers le pharynx.

Les fosses nasales sont séparées en deux muqueuses :

l’une en tapisse le fond et est riche en vaisseaux sanguins ainsi qu’en de nombreuses glandes à mucus Elle est de couleur rose.

La deuxième est la muqueuse jaune qui elle, possède un rôle sensoriel.

Cette muqueuse jaune se signale comme une tâche d’environ un centimètre carré, jaune. Elle ne contient que peu de vaisseaux et de glandes, mais elle est essentielle car c’est elle qui abrite les terminaisons nerveuses du nerf olfactif. C’est épithélium olfactif est un véritable capteur biologique.

Les terminaisons de ces capteurs réagissent surtout aux substances odorantes pour lesquelles elles sont spécialisées, mais elles sont également capables d’en reconnaitre une très grande palette, surtout si la concentration en est élevée. 

Nous avons parlé de l’autre muqueuse, la muqueuse rose.
Elle a pour rôle de réchauffer, d’humidifier ainsi que de filtrer partiellement l’air inspiré.
Elle est riche en glandes à mucus. Elle joue un autre rôle dans l’odorat. En effet, c’est grâce à cette matière visqueuse que les cellules sensorielles peuvent fonctionner, car les substances chimiques sont solubles dans le mucus et vont s’y retrouver piégées, laissant loisir aux cellules sensorielles de les analyser.

Remarque,
on comprend pourquoi lorsqu’il fait sec ou lorsqu’on a un rhume, c’est-à-dire lorsque le mucus est rare ou au contraire trop abondant, l’olfaction devient moins bonne.
L’odorat peut même disparaitre complètement.

Une fois récoltées, ces informations sensorielles olfactives sont envoyées vers le cerveau.

Laisser un commentaire