You are currently viewing Litière de forêt fermentée

Litière de forêt fermentée

Vous cherchez un biostimulant pour le sol et les plantes ?
Ou alors, vous voudriez améliorer la santé de vos animaux d’élevage ?
J’ai la solution pour vous !
La LiFoFer c’est
(presque) GRATUIT
Vous la ferez chez-vous,
avec des ingrédients locaux.

La litière de forêt fermentée

  • augmente l’activité biologique des sols
  • accélère le compostage organique
  • améliore les qualités biologiques, chimiques et physiques des sols
  • solubilise les nutriments et les rend ainsi disponibles pour les plantes
  • de ce fait, elle favorise la santé et la croissance des plantes
  • et ainsi elle aide à lutter contreles maladies (en préventif et en curatif)

Tout d’abord, si vous ne l’avez pas encore lu, je vous conseille de consulter l’article précédemment paru sur les micro-organismes efficaces
afin de vous familiariser avec leur intérêt au jardin.
Car nous allons augmenter la quantité et la diversité de ces organismes dans notre sol.

Qu’est-ce que la LiFoFer ou litière de Forêt Fermentée ?

La litière de forêt,

c’est du sol de forêt (on s’en serait douté) qu’on prélève dans une forêt, à un endroit préservé autant que possible des activités humaines.
Elle contient alors les bons micro-organismes qui favorisent la vie du sol.

Pourquoi fermentée ?

Parce que nous n’allons pas en prélever beaucoup dans la forêt. En revanche, nous pouvons multiplier les micro-organismes qu’elle contient par la fermentation.

LiFoFer

C’est simplement l’abréviation pour Litière de Forêt Fermentée.
Cela permet de l’écrire plus vite, d’en parler plus facilement et aussi de le retenir.

A-t-on besoin des micro-organismes de la LiFoFer ?

Tous les êtres vivants vivent en symbiose avec des bactéries.

Pas de vie sans bactéries !

Oui, mais des bactéries, il y en a partout

C’est exact !

Dans la litière de forêt fermentée, on retrouve (comme en forêt) plusieurs sortes de bactéries :

  • les bactéries sympathiques, c’est-à-dire les bactéries utiles
  • les bactéries qui ne savent pas si elles veulent être bénéfiques ou pathogènes.
  • les bactéries pathogènes

Dans le groupe des bactéries utiles, on trouve :

  • Les bactéries lactiques (Lactobacillus, Streptococcus, Leuconostoc, Lactococcus, Pediococcus, Oenococcus, …). Elles interviennent dans l’affinage des fromages, dans l’élaboration de la charcuterie et de la choucroute notamment.
  • Les bactéries acétiques (Acetobacter, Gluconobacter,…) qui interviennent principalement dans la fabrication du vinaigre et du vin.
  • Les bactéries propioniques (Propionibacterium) qui interviennent, elles, dans l’affinage des fromages à pâte pressée cuite de type emmental (elles créent les  » trous « .

Mais aussi

  • Des bactéries photosynthétiques

    Elles utilisent la lumière du soleil et la chaleur du sol. Elles sont capables de produire des substances nutritives. De plus, les bactéries photosynthétiques stimulent la reproduction des autres bactéries et fixent l’azote.

  • Des actinobactéries (anciennement les actinomycètes)
    qui réduisent les moisissures nocives et peuvent cohabiter avec les bactéries photosynthétiques.
    Certaines vivent à l’intérieur de plantes pour lesquelles elles fixent l’azote de l’air et produisent des antibiotiques naturels.

Les bactéries « ni-bonnes, ni mauvaises »

Certaines bactéries ont un comportement opportuniste. Elles se rangent du côté du plus grand nombre, c’est pourquoi il est utile d’augmenter la quantité de bactéries bénéfiques.
Les bactéries n’ont pas de morale !

Les micro-organismes du sol
comprennent aussi les levures.

  • Les levures (Saccharomyces, Schizosaccharomyces, Zygosaccharomyces,…) sont utilisées pour lever la pâte à pain et préparer des boissons alcoolisées comme le vin, le cidre et la bière.
  • Des moisissures fermentantes « nobles »

qui décomposent rapidement les substances organiques, réduisant ainsi les mauvaises odeurs. Elles préviennent les dégâts causés par les insectes nocifs.

Pourquoi apporter des bactéries
et des levures au sol

Avoir un sol vivant

Pour avoir un sol vivant, il faut qu’il contienne des micro-organismes qui lui permettront d’apporter à vos plantes tout ce dont elles ont besoin, sans apport extérieur de pesticides.

on tue les micro organismes

A cause du travail du sol et du sol laissé nu, l’agriculture « conventionnelle » tue les micro-organismes qui lui sont pourtant utiles.
Ce mode de culture détruit les sols qui s’érodent et ne sont plus fertiles sans apport massif d’intrants.

C’est pourquoi, en multipliant ces mêmes micro-organismes efficaces à partir de litière de forêt, nous espérons rendre au sol ce qu’on lui enlève !

La litière de forêt fermentée sur les plantes

Comment ça marche

utiliation des micro-nutriments

En maraichage, l’application de Litière de Forêt Fermentée a fait ses preuves

Notre planète a déjà réalisé ce « miracle » depuis des millénaires !

On espère bien pouvoir rénover les sols abimés grâce aux micro-organismes efficaces.
Contrairement aux EM promus par le professeur Higa (qui vend des micro-organismes efficaces assemblés par son équipe), la LiFoFer se fabrique par le « paysan » à partir de sol de forêt proche.

Chaque région, chaque pays a ses particularités et son microbiote.
Autant reproduire celui-là plutôt que jouer à l’apprenti sorcier en introduisant des « microbes » qui viennent d’ailleurs et risquent de coloniser nos sols au détriment de ceux avec lesquels ils ont coévolué depuis des millénaires.

Le but du projet LiFoFer,

Partager le savoir et la technique
afin que les agriculteurs et les jardiniers
puissent se l’approprier

Recette de la LiFoFer

La potion magique

La fermentation :

Il n’y a pas qu’une recette, mais il y a un principe de départ qui est la fermentation.

Comme en cuisine, chaque cuisinier fera sa soupe à sa façon.

Les principes de base
de la fabrication de la litière de forêt fermentée :

La recette employée ici est inspirée des recommandations de Terre et Humanisme
(vous pouvez retrouver ici le livret récapitulatif au format pdf que vous pourrez télécharger).

  • Récolter de la litière juste sous la surface, à un endroit préservé de l’activité humaine et caractéristique de la région.
    (Ce peut être à la lisière d’une haie bien boisée).
    Le but est d’éviter au maximum les pathogènes.
    Le mieux est de prendre un échantillon qui contient déjà du blanc, signe qu’il et colonisé.
  • Maintenant que nous avons un échantillon des organismes présents dans notre sol (micro-organismes, levures), comme ils sont vivants, il va falloir les nourrir.
    Pour ce faire, nous allons leur donner du sucre et des fibres (comme à ceux de notre intestin).
    Le tout dans un milieu privé d’oxygène (anaérobie).
  • Pour les minéraux, on incorporera du petit lait
  • Pour humidifier le tout, on ajoutera de l’eau de source (l’eau de pluie contient des excréments d’oiseau si elle est passée sur le toit),
    Ou en tout cas, de l’eau non chlorée.
  • Le mélange est tassé sans exagérer.
  • On place le tout dans le contenant fermé hermétiquement à environ 25 °C

C’est ainsi que l’on peut élaborer une recette

  • Pour le sucre, on peut prendre des fruits écrasés (pommes…) qui apporteront des vitamines et des minéraux en plus.
    Ou de la mélasse
  • Pour les fibres, on peut utiliser du son de blé, ou de riz, de sorgho, de maïs…
  • On utilise du petit lait (ou de lait) pour les minéraux

Mode d’emploi :

  • Le sol de forêt est tamisé de façon à ne pas laisser de morceaux.
  • Puis, il est mélangé au son
  • Enfin, il est mouillé du mélange liquide (sucre, lait et eau)
    Remarque : une poignée du mélange pressée dans le poing ne doit pas dégouliner, mais former une boule.
  • On tasse alors dans le contenant, sans exagérer, pur chasser l’air.
  • Le récipient est fermé hermétiquement
  • et il est placé à 25°C environ pendant 1 mois

À l’ouverture, le mélange ne doit sentir ni le vinaigre, ni le pourri.

Cette LifoFer solide pourra être utilisée durant 2 ans.

La dilution de la litière de forêt fermentée

Afin de multiplier les micro-organismes désirés, nous allons procéder à une deuxième fermentation qui durera cette fois-ci 2 jours à 25 °C puis on arrête le chauffage pour rester à température ambiante (15 à 20 °C) pendant 5 jours.

Pour ce faire, nous diluerons une fois encore avec de l’eau et du petit lait additionnés de sucre comme suit :

Pour un sceau hermétique de 20 litres
on ajoute :

  • 1 kg de litière de forêt fermentée
  • 1 litre de petit lait
  • 1 kg de mélasse (ou 1,2 kg de sucre dilué)
  • Comme précédemment, on mélange les solides entre eux puis les liquides entre eux.
  • Enfin, on place le tout dans le bac de fermentation (n’importe quel contenant muni d’une bonde qui laissera échapper les gaz de fermentation sans laisser entrer d’air).

Au bout des 7 jours, le mélange devrait avoir un Ph d’environ 3,5 (4 maximum).

Le résultat de cette deuxième fermentation pourra être utilisé filtré et une nouvelle fois dilué, mais à l’eau.

Les applications de la litière de forêt fermentée :

Comme pour les EM présentés dans cet article, les utilisations de la LiFoFer sont nombreuses et ne se limitent pas au jardin.

En effet, on peut s’en servir pour les animaux, dans leur alimentation et leur boisson, pour l’hygiène de l’eau, dans les mares, pour la phytoépuration, afin d’éliminer les mauvaises odeurs un peu partout, au poulailler, à l’étable, dans la porcherie, la chèvrerie, pour activer les toilettes sèches, les composts, etc…

Êtes-vous convaincu(e) de
l’utilité de la litière de forêt fermentée ?

Pour aller plus loin

Le savez-vous ?

Il existe encore une autre façon de fabriquer ses propres micro-organismes efficaces,
c’est le bokashi

mais ce sera pour le prochain article

article plus commentaires égal partage

Connaissiez-vous la litière de forêt fermentée

Je serai ravie de connaitre votre avis sur le sujet dans les commentaires.
À tout de suite…

Vous avez lu cet article. voudriez-vous être la première personne à le noter ?post

Laisser un commentaire