You are currently viewing Le sorgho au jardin

Le sorgho au jardin

Le sorgho au jardin familial, une idée intéressante pour s‘adapter aux changements climatiques :

Comme je l’ai indiqué dans un précédent article, afin de protéger mes cultures des ardeurs du soleil cet été, je me penche sur des cultures hautes ne nécessitant que peu d’eau et qui pourraient servir de pare-soleil.
Le sorgho atteint les 2 m…
et son enracinement descend jusqu’à 1,50 m
si le sol le permet, ce qui apporte un bon travail du sol en supplément et favorise la remontée de l’eau et des nutriments.

L’année dernière, j’avais testé le maïs, mais chez-moi, dans le Poitou, et sans eau d’arrosage, j’avais eu des pieds de taille relativement faible.

Cette année, je vais tester le sorgho.

D’autant que le sorgho a bien d’autres utilisations que le simple ombrage.
Je vous ai mis des recettes en fin d’article.

Peut-on cultiver le sorgho partout en France continentale

Qu'est-ce que le sorgho ?

Le sorgho est considéré comme une céréale. Il appartient à la famille des Poaceae, tout comme le blé, le riz, le maïs et l’orge, qui sont également des céréales.

Il fait partie des plantes classées “en C4”, c’est-à -dire capables de s’adapter aux conditions arides.

Utilisation :

On utilise le sorgho

  • pour ses grains, qui peuvent être utilisés à diverses fins, notamment comme aliment pour les animaux ou pour les humains, en farine, en pop corn, en sirop…
  • pour faire de la mélasse
  • pour la production de bioéthanol,
  • et même comme ingrédient dans certaines industries alimentaires. Les graines de sorgho peuvent être moulues pour produire de la farine (sans gluten) ou transformées en d’autres produits alimentaires, ce qui en fait une source importante de nutriments dans de nombreuses régions du monde.
  • comme engrais vert
  • en tant que biomasse (production de paillage) où il est intéressant, car on peut faire plusieurs coupes par an.
    Ou encore, semé dans les allées, et rabattu dès qu’il devient gênants, il sert à détasser le sol par son enracinement profond.
  • pour nourrir les oiseaux, qui viendront les déguster, qu’on le veuille ou non d’ailleurs 😉

Culture du sorgho

C’est une culture qui réclame beaucoup de chaleur.
Habituellement cultivé dans le sud de la France, on en trouve désormais en Nouvelle Aquitaine où j’habite.
Réchauffement climatique ?
Plutôt opportunité, il me semble.
Car le sorgho est peu gourmand en intrants et en eau. Or, nous sommes souvent en restrictions.

variétés de sorgho

Quel sorgho choisir

Rien que chez Kokopelli, j’ai trouvé 21 sortes de sorgho) (non sponsorisé) :

  • Sorgho à Éclater Tarahumara Popping
  • S. Mountain Pima
  • S. Dwarf Mayo
  • S. Allu Jola Popping
  • Sorgho À Balais
  • S. Coral
  • S. White African Sugar
  • S. Black Amber Cane
  • S. Apache Red Sugarcane
  • S. White Mountain Apache
  • S. Nerum Boer
  • S. Honey Drip
  • S. Santa Fe Red
  • S. Indian Red Popping
  • S. Iowa Sweet
  • S. Mennonite (tiges épaisses)
  • S. Onavas Red
  • S. Rox Orange
  • S. Tohono O’Odham Sugarcane
  • Sorgho Red’s Red Sweet (climat frais, pour sirop)
  • S. Tunisien (pour porridge)

Je vais m’orienter vers une variété précoce (les premiers de la liste) étant donné qu’il faut beaucoup de chaleur pour cette culture.

Les pieds commencent à fleurir après deux mois environ, suivant la variété.

Deux modes de semis

En godets :

J’ai prévu de démarrer mes semis en godets, ce qui ne serait pas réalisable facilement pour le plein champ.

En effet, mes plantations se trouvent à l’emplacement d’une ancienne pâture et le risque de concurrence avec l’herbe est grand.

  • J’ai commencé par bâcher en automne le futur emplacement de ma barrière anti-soleil, afin d’éliminer le maximum d’enherbement.
  • Je vais aérer le sol à la grelinette avant de disposer mes godets tous les 40 cm.
  • Dans chaque godet, j’ai disposé 3 graines, car le taux de germination est faible.
  • Je vais placer le tout au chaud et à la lumière, dans un contenant avec un fond d’eau, car la graine aime être trempée.
  • Je repiquerai en pleine terre au stade de 4 à 5 vraies feuilles.
    Pas plus tard, car les racines de cette plante sont très fragiles et risquent de se casser pendant la manipulation.

On peut semer directement en place

  • Il faut alors semer dans un sol bien réchauffé, à partir du 20 avril, dans les régions favorables, en lignes distantes de 60 cm.
    Le sol doit être au moins à 12 °C
“semer trop tôt, c’est perdre du temps” (semences de Provence)
  • Recouvrir de 2 cm de terre fine.
  • Après la levée, éclaircir pour ne garder qu’un plant tous les 30 cm.

D’un autre côté, on ne sèmera plus à partir de la fin juin, car il faut laisser assez de temps aux graines pour mûrir, si le but est d’obtenir du grain bien sûr, puisque la récolte se fera alors entre aout et octobre.

Temps de germination :

La germination de graines se produit plus lentement à l’obscurité qu’à la lumière.
En absence complète de lumière et à une température de 12° C, il faut compter 3 jours.

À une température de 16° à 17° C, il ne faut plus que 2 jours.

On remarque que, si l’eau favorise très
nettement la formation de racines secondaires, un manque d’humidité de plusieurs jours arrête la germination, mais ne tue pas les plantules. En effet, ces dernières reprennent leur croissance dès que l’humidité réapparaît.

Intéressant n’est-ce pas ?

On en conclu que l’on peut tremper les graines avant le semis et que la terre qui le reçoit doit être, en revanche, meuble et pas détrempée.
Le semis doit être peu profond pour capter plus de chaleur.

Récolte :

On récolte les graines à l’automne, lorsqu’elles sont dures. Le mieux est de procéder juste avant les gelées.
On teste sur les grains du milieu de la panicule :

Grain dur craquant sous la dent = récolte

Mais attention : quand le grain est mûr, le feuillage est encore vert.

Ensuite, il faut les faire sécher rapidement et les décortiquer pour enlever le son.

Bibliographie :

BIBLIOGRAPHIE

  • Dumas (ML). — Les Sorghos dans les vallées du Niger et du Haut Sénégal.
    Broch, 25 p., Paris, 1906.!

Livres :

  • “Le Sorgho : Cultures, Utilisations et Perspectives” par Jacques Wery et Eric Penot.
  • “Le Sorgho : Une Céréale aux Multiples Facettes” par Jean-Louis Diman et Patrick Chabrier.
  • “Le Sorgho : Aspects Agronomiques et Techniques Culturales” par Gérard Lemaire et Michel Debona.

Articles :

  • “Le Sorgho : Une Céréale Prometteuse pour l’Afrique Subsaharienne” par Mamadou Diop et Moussa Si.
  • “Potentiel du Sorgho comme Culture Alimentaire et Fourragère dans les Régions Arides” par Fatima Zahra Soulhi et Ahmed Bamouh.
  • “Valorisation du Sorgho dans l’Industrie Agroalimentaire : Opportunités et Défis” par Aïssatou Diop et Amadou Tidiane Diop.
  • Semences de Provence : Infos techniques du semi à la récolte.

Rapports et Thèses :

  • “Étude sur la Culture du Sorgho au Sénégal : Bilan et Perspectives” par Ousmane Ndiaye (Rapport de recherche).
  • “Impact de l’Intensification de la Culture du Sorgho sur la Sécurité Alimentaire en Afrique de l’Ouest” par Fatoumata Bâ (Thèse de doctorat).
  • “Analyse de la Chaîne de Valeur du Sorgho au Mali : Enjeux et Recommandations” par Moussa Traoré (Rapport technique).

Et voilà !
Y’a plus qu’à…

Je vous tiens au courant de l’avancée de l’essai

Les autres utilisations possibles du sorgho

Nous avons vu comment j’allais utiliser le sorgho au jardin pour ombrer.
Mais le sorgho sert à beaucoup d’autres choses :

D’abord, c’est une céréale alimentaire sans gluten.

Il ne faut pas oublier que le sorgho est avant tout source d’aliments.
Bien que moins répandue que dans d’autres régions du monde, la consommation humaine de sorgho en France existe également.
On utilise le sorgho dans la cuisine pour faire de la farine, des céréales pour petit déjeuner, des snacks et d’autres produits alimentaires comme du grain éclaté (genre pop corn).

Vous voulez quelques recettes à base de sorgho ?

Si vous réussissez à battre correctement les graines de sorgho, vous allez pouvoir réaliser, par exemple, du sirop :

Voici donc une recette simple pour faire du sirop à partir de sorgho :

Ingrédients :

  • 2 tasses de graines de sorgho
  • 4 tasses d’eau
  • 2 tasses de sucre
  • 1 cuillère à café de jus de citron (facultatif)

Instructions :

  • Préparation des graines de sorgho :

    • Rincez soigneusement les graines de sorgho à l’eau froide pour enlever toute saleté ou impureté.
    • Mettez les graines de sorgho dans une casserole avec 4 tasses d’eau.
  • Cuisson :

    • Portez à ébullition, puis réduisez le feu et laissez mijoter pendant environ 45 minutes à 1 heure, ou jusqu’à ce que les graines de sorgho deviennent tendres.
  • Filtration :

    • Une fois les graines de sorgho cuites, égouttez-les en utilisant une passoire pour séparer le liquide des graines. Vous pouvez presser légèrement les graines pour extraire tout le liquide.
  • Préparation du sirop :

    • Versez le liquide obtenu dans une casserole propre.
    • Ajoutez le sucre et remuez jusqu’à ce qu’il soit complètement dissous.
    • Ajoutez éventuellement le jus de citron, ce qui peut aider à conserver la couleur et à équilibrer la saveur.
  • Cuisson du sirop :

    • Portez le mélange à ébullition, puis réduisez le feu et laissez mijoter pendant environ 20 à 30 minutes, en remuant occasionnellement, jusqu’à ce que le liquide épaississe et prenne une consistance sirupeuse.
  • Refroidissement et stockage :

    • Retirez la casserole du feu et laissez le sirop refroidir à température ambiante.
    • Une fois refroidi, transférez le sirop dans des bouteilles ou des bocaux propres et stérilisés.
    • Conservez le sirop au réfrigérateur et utilisez-le dans les boissons, les desserts ou comme un délicieux sirop pour garnir les crêpes ou les gaufres.

Et ensuite, ce sirop servira d’édulcorant dans votre cuisine habituelle.

Une autre recette ? le pop-corn de sorgho

Allez ! vous avez lu jusqu’ici, ça mérite bien une petite récompense…

On peut aussi réaliser une sorte de pop-corn de sorgho :

Ingrédients :

  • 1/2 tasse de graines de sorgho à pop-corn
  • 2 cuillères à soupe d’huile de cuisson (comme l’huile de maïs ou l’huile de coco)
  • Sel (facultatif)

Instructions :

  • Préparation des graines de sorgho :

    • Assurez-vous que les graines de sorgho sont propres et exemptes de saleté ou de débris.
    • Versez les graines dans une poêle à fond épais ou une casserole avec un couvercle.
  • Chauffage de l’huile :

    • Ajoutez l’huile de cuisson dans la poêle à feu moyen et laissez chauffer.
  • Ajout des graines de sorgho :

    • Ajoutez les graines de sorgho dans la poêle chaude, en les répartissant uniformément sur le fond de la poêle.
  • Cuisson :

    • Couvrez la poêle avec un couvercle. Les graines de sorgho commenceront à éclater comme du pop-corn. Assurez-vous de secouer la poêle de temps en temps pour éviter que les graines ne brûlent.
  • Éclatement complet :

    • Une fois que les éclatements ralentissent et que la plupart des graines ont éclaté (similaire au pop-corn traditionnel), retirez la poêle du feu.
  • Assaisonnement :

    • Si vous le souhaitez, ajoutez du sel ou d’autres assaisonnements à votre pop-corn de sorgho pour plus de saveur. Remuez bien pour répartir uniformément les assaisonnements.
      Nappé de sirop de sorgho peut-être ?
  • Refroidissement et dégustation :

    • Laissez le pop-corn de sorgho refroidir pendant quelques minutes avant de le déguster.
    • Servez-le comme une collation saine et savoureuse !

Du sorgho pour mes volailles

Du fait que j’ai des volailles, je pense que ce sera une bonne candidate pour leur fournir du grain.
Il parait qu’elles en raffolent…

Et comme le prix du maïs a plus que doublé ces temps-ci…

Mais pas plus de 20% de la ration.
(en général, on ne l’utilise qu’à 2 %)

Pour elles, le broyage des graines est utile, car il permet une absorption plus rapide des nutriments. Mais il n’est pas obligatoire, ouf !

Du sorgho pour mes chèvres

Dans le cas de l’utilisation en fourrage,
on coupe juste avant la formation des panicules.

On préconise le sorgho surtout pour les monogastriques (contrairement aux plurigastriques comme les chèvres).

Source : toxicité

Je n’en distribuerai que lorsque la plante aura fleuri au minimum.
(avant ce stade, il peut y avoir formation de cyanure d’hydrogène).

De la même façon, le sorgho ne doit pas être trop fertilisé par des nitrates.
En effet, l’accumulation des nitrates dans les plantes se produit lorsque leur teneur dans le sol est élevée et que les conditions environnementales freinent leur conversion en protéines.

Le sorgho en engrais vert

Une fois que les grosses chaleurs sont passées et si je n’ai pas envie d’attendre le grain, je pourrai utiliser le sorgho comme engrais vert, pour améliorer la fertilité du sol.

En effet, nous avons vu que le sorgho envoie ses racines profondément dans le sol.
Cela lui confère la capacité d’extraire des nutriments moins accessibles du sol et de les stocker dans sa biomasse. Ensuite, ils seront restitués au sol lors de la décomposition de la plante.

Et plus encore

Comme pour les autres céréales à pailles, on devrait pouvoir utiliser le sorgho comme paillage…

Avez-vous cultivé le sorgho chez-vous ?

Je pense que peu de gens ont déjà essayé la culture du sorgho au jardin.
Pourtant, j’espère me tromper…

Peut-être faites-vous partie de ceux ou celles qui ont essayé de trouver des plantes pour ombrer.
Quelles variétés avez-vous utilisées ?

Si vous nous partagiez votre expérience ou vos interrogations sur ces cultures, je serais ravie.

Cet article a 3 commentaires

  1. Tu me fais découvrir cette céréale que je ne connaissais pas. Par contre, comme je suis au Québec, il y a beaucoup moins de variétés disponibles. J’ai trouvé seulement le sorgho à balai. Est-ce que tu sais si cette variété est intéressante pour ses graines ?

    1. Noyaudujardin

      Les graines sont très nourrissantes pour le bétail.
      Et pour les humains, oui, on peut manger les graines. Les différences entre sorgho se trouvent au niveau de la richesse en protéine suivant les variétés.
      Personnellement, je trouve que le sorgho à balai est plus difficile à récolter.

  2. Laura

    Merci pour cet article intéressant. Je ne connaissais pas bien le sorgho. Maintenant, j’en ai appris pas mal grâce à toi 😉

Laisser un commentaire