You are currently viewing Quels aliments pour lutter contre les radiations

Quels aliments pour lutter contre les radiations

Que faire pousser ?
Que consommer ?
en cas de radiations ?

Que manger en cas de radiations ? des questions que nous devrons peut-être nous poser, si un nuage radioactif venait à nous survoler….(et qu’il ne s’arrête pas aux frontières comme par magie comme en 1986), ces lignes seront peut-être utiles.

En cas d’exposition aux radiations, on préconise en effet de manger des produits iodés pour saturer la thyroïde et ainsi prévenir le cancer.
Mais nous allons voir qu’ils ne sont pas les seuls.
Alors quels sont les aliments anti-radiations ?

Quelles radiations évacuer ?

Toutes les radiations ne sont pas les mêmes:

En effet, par exemple, le nuage de Fukushima était riche en césium-137 (d’une durée de vie de 30 ans), mais 1000 fois plus faible en iode-131 que le nuage de Tchernobyl.

Les radiations s’attaquent fortement à la moelle osseuse (qui fabrique entre autre les cellules du sang).

Comment se produit la contamination

Les particules radioactives se retrouvent sur nos aliments. Dans nos cellules, les atomes déstabilisés par les radiations ionisantes produisent des radicaux libres. Ce sont eux, que nous connaissons bien, qui sont sources de maladies voire de cancers.

Une solution ?

Pour se protéger de ces radiations et bloquer l’entrée de particules radioactives dans nos cellules, il faut qu’elles soient bien pourvues en minéraux antioxydants. A ce moment là, elles bloqueront l’entrée des particules radioactives.

Les aliments riches en minéraux

La dulse:

est une espèce d’algue rouge. Elle est  également sous le nom de  tellesk (en Breton, ou encore goémon à vache.

15 g par jour de dulse pourraient réduire la quantité d’iode radioactif dans la thyroïde de 80%
ou encore
deux cuillère à café de paillettes de kelp par jour.

On pensera bien sur aux algues rouges, brunes ou vertes, l’algue nori (celle qui entoure les sushis dont 2 feuilles suffisent à combler les besoins quotidiens en iode.

Toutes ces algues sont pleines de vitamines (A, B2, B5, B9, C et K), de cuivre, fer, manganèse, magnésium, calcium, phosphore et zinc.

Ce sont ces minéraux qui participent à ce qu’on appelle l’absorption sélective.

Si notre organisme dispose de calcium ou d’iode, il n’aura pas tendance à absorber du strontium-90

Les minéraux empêchent la fabrication de radicaux libres, et donc la fixation des éléments radioactifs dans nos cellules.

D’autres aliments riches en iode:

Les graines germées (qu’on peut ajouter aux salades), la soupe de miso.
On pense aussi au ginseng, à la spiruline, la chlorelle

Tous les légumes de couleur verte comme le chou frisé, les bettes les épinards, les feuilles de navet, le cresson, les feuilles de moutarde
Ou encore l’ail des ours et l’oignon, les courges, l’asperge,
et même les agrumes, la pastèque et l’ananas.
Beaucoup de fruits et légumes donc.

Le pollen frais, les graines de tournesol et bien sur, on connait bien la réputation des oursins quant à leur teneur en iode, ainsi que les fruits de mer (100 microgrammes d’iode pour 100g pour les crevettes).
Les poissons comme les sardines ( 30 microgrammes d’iode pour 100g) ou les maquereaux (100 microgrammes d’iode pour 100g)

Les oeufs:
Un œuf peut apporter 40 microgrammes d’iode.

Fonctionnement des aliments qui expulsent les matériaux radioactifs de l’organisme

On parlera des algues comme le kelp, le wakamé, le kombu ou iziki

Ainsi, les algues vertes chélatent le césium-137

Les fibres (zybicoline dans le miso) ainsi que la vitamine B12 (protège contre le cobalt-60)

Le pollen renforce le système immunitaire (lutte contre le plutonium-239). Il limite la détérioration des globules rouges et des globules blancs en première ligne face aux radiations.

L‘aïl contient un antioxydant bien connu (la cystéine) qui se livre au cobalt-60 et le désactive.
(une étude a été publiée dans le journal « Carcinogenesis » (2012 Oct 26) concernant les radiations lors des scanners)

Et on le sait, les aliments verts sont riches en chlorophylle. Elle a la réputation de réduire les effets des radiations.

(la chlorella et la spiruline sont des algues d’eau douce, elles sont faiblement dosées en iode)

Et citons aussi les pommes
Selon Kenji Tazawa les pommes cuites, riches en pectine, pourraient être efficaces.

Résumé

Nous l’avons bien compris, il faut privilégier une fois de plus une alimentation équilibrée.
Nous devons en plus saturer nos cellules en vitamines et minéraux, quitte à utiliser des compléments alimentaires.
Mais il est très possible et relatiement facile de faire pousser au jardin les plantes qui contiendront ce concentré de vitamines et de minéraux.

Même si c’est possible de réaliser chez-soi la culture de certaines algues, il n’est pourtant pas inutile d’en avoir On les trouvera sous la forme de poudres ou de paillettes.

Une autre astuce:

Le miso [pâte fermentée de soja] a déjà été utilisé favorablement (équipe de Hiromitsu Watanabe, ancien professeur de l’Institut de recherche sur la radiothérapie de l’Université de Hiroshima).
toute fois, attention pour les hypertendus, le miso est très salé. C’est un aliment surtout préventif, qu’il faut acheter aussi puisqu’il ne pousse pas non plus au jardin.

En préventif encore, la vitamine C.
on en trouve dans beaucoup de légumes et de fruits.
Selon l’école de
médecine à Saitama, près de Tokyo, la vitamine C protégerait la muqueuse gastrique.

En revanche, nous pouvons prévoir dans nos potagers ou même sur nos balcons les légumes préconisés, qui sont assez courants.

Parmis les légumes verts, les bettes (ou blettes) sont très facile à faire pousser.
les choux aussi.

Les pommes, cuites, sont à manger tous les jours.

Et de toutes façons, il est toujours utile d’en consommer, que ce soit avant ou après l’exposition.

Attention toutefois:

Des particules aériennes radioactives peuvent se déposer sur les aliments.
Les léghumes du jardin peuvent être contaminés.

Ecoutez les recommandations des autorités.
Lavez les aliments avec de l’eau additionnée d’eau oxygénée.

Préférez l’eau en bouteilles.

Cet article a 5 commentaires

  1. Hélène

    Ça donne envie de manger plein de légumes! Je me demande si c’est compliqué de faire pousser la spiruline? Comme c’est très cher à l’achat, ça vaut peut-être le coup de s’y mettre.

    1. J’ai aussi pensé que ça pouvait être intéressant, mais cela comporte beaucoup de contraintes si on veut que le produit reste sain.
      Alors je l’achète en paillettes.

  2. Sabine Ripamonti

    Merci pour tous ces conseils d’actualité et j’espère que nous n’aurons pas à les tester en conditions réelles. J’ai découvert pas mal d’lagues je ne pensait pas qu’une telle variété existait.

  3. Anne Prudent

    Merci pour ces informations importantes. Nous ne sommes pas, après tout, à l’abri d’une catastrophe nucléaire. Je ne pensais qu’il y avait autant d’aliments protecteurs. J’ai beaucoup appris.

  4. Cherazade

    Merci pr cet article très instructif! Tu nous donne de bonne astuces pour faire pousser les légumes ! Ton article est un bon résumé de ce que nous devrons Commencer à faire !

Laisser un commentaire