Plante facile, l’épervière piloselle

Plante facile, l’épervière piloselle

Vous cherchez une plante facile pour votre jardin, une vivace facile d’entretien, qui supporte les terres ingrates, qui s’étale rapidement.
Vous venez de la trouver, c’est l’épervière piloselle.

en plus elle est comestible, et même officinale.

Découvrez l’épervière piloselle

Il existe plusieurs variantes chez la piloselle.
La version jaune est considérée comme une adventice, car elle peut s’étaler rapidement et par son action allélopathique. elle peut empêcher les autres plantes de s’installer près d’elle. (Les composés allélopathiques se comportent comme des herbicides naturels).
Justement, on peut se servir de cette propriété bien intéressante dans certains cas.

A quoi ressemble la piloselle ?

piloselle épervière

L’épervière piloselle encore appelée « Oreille de souris », « Oreille de rat », « Piloselle de rat », « Herbe à l’épervier » ou Veluette (noms anglais : mouse-ear , hawkweed), est encore une de ces plantes de nos prairies qui est tombée dans l’oubli alors qu’elle possède des propriétés intéressantes tant pour l’homme que pour les animaux. C’est une plante vivace.
Bien sur, à côté de ces précieux bénéfices, c’est aussi une mauvaise compagne pour ses congénères puisqu’ elle secrète tant par ces racines que par ses feuilles des substances toxiques inhibant le cycle de vie de ses voisines et stoppant la germination de leurs graines. On pourrait s’en servir de désherbant naturel. Le tout est de connaitre ce détestable penchant et de ne l’utiliser que lorsque ce désherbage n’est pas contre indiqué.
En fait, dans les vignes, on se sert de la piloselle sur les rangs afin justement d’éviter les autres adventices, indésirables, tout en limitant la hauteur de l’enherbement et sans concurrencer en eau la culture.
Ce qui est un souci dans un sens peut devenir un avantage dans un autre. le tout étant de connaitre la plante qu’on utilise.

Épervière médicinale

L’épervière (Hieracium pilosella) est reconnue médicinale depuis le Moyen Âge
C’est une religieuse allemande du nom de Hildegarde de Bingen qui, au XIIe siècle, fit mention des pouvoirs de guérison de la piloselle.
Depuis, d’autres études ont mis en évidence d’autres propriétés de la piloselle. ainsi par exemple, dans les années 1930, après les études menées par le docteur Leclerc, ses propriétés drainantes sont mises à profit dans le traitement de la rétention d’eau et des oedèmes des membres inférieurs, surtout lors de la grossesse.

Les recherches actuelles

confirment ses vertus ( Vernon Hilton Heywood, Jeffrey B. Harborne, Billie Lee Turner, The Biology and Chemistry of the Compositae, Academic Press, , p. 1087.).
Depuis, aucun effet indésirable ni aucune contre-indication n’ont été décelés.

Composition principale

La piloselle contient des polyphénols et des flavonoïdes, tanins, manganèse, hétérosides, mucilages, substance antibiotique (ombelliférone), résine, sucre

dont découlent certaines propriétés:

Grace au composant ombelliférone

  • Antibiotique
  • Bactériostatique: lutte contre les bactéries du genre Brucella
  • Antioxydante
  • Anti inflammatoire
  • Anti-hyperglycémique
  • Antitumorale
  • Anti infectieuse ORL et urogénitale (entérocoque)
    elle stimule la toux et freine la production de mucosités ; traite l’asthme, la coqueluche, la bronchite et les difficultés respiratoires

Elle est aussi

  • Détoxifiante
  • Vulnéraire
  • Décongestionnante
  • Cholérétique : augmente la sécrétion biliaire
  • Apéritive
  • Détersive
  • Diurétique
    la piloselle favorise l’élimination urinaire de l’eau, des chlorures et de l’urée, elle élimine le sel et rééquilibre la tension artérielle, grâce à son action déchlorurante.
  • Astringente
  • Drainante: elle draine l’organisme et traite les problèmes de rétention d’eau ; élimine les excès de sel

Pourquoi s’en priver ?

Utilisations:

C’est une plante de « nettoyage »
On l’utilise dans les cas d’ hypercholestérolémie, de rhumatismes chroniques, d’excès d’urée et d’acide urique, en prévention de l’athérome…
chez l’animal on l’emploie contre la brucellose vétérinaire (suc frais).

On peut l’utiliser contre tous les problèmes rénaux (néphrites, excès d’urée) et urinaires (cystites, prostatites, miction difficile, oliguries), les problèmes d’insuffisance cardiaque (œdèmes), les diarrhées infectieuses…


La reconnaitre:

Ses feuilles longues pourvues de poils blancs poussent au ras du sol et ses tiges dressées s’élèvent à 20 à 30 cm de hauteur portant des fleurs à capitule jaune.
Ses feuilles sont vraisemblablement à l’origine de son nom du fait qu’ elles sont couvertes de poils. On ne peut la confondre avec le pissenlit.

La récolter:

Les feuilles sont oblongues, entières, grisâtres dessous, hérissées de longs poils. La rosette de feuilles est  appliquée sur le sol. Les fleurs sont jaune citron, portées par un pédoncule.

La faire sécher:

Comme toute plante médicinale, au moment de la cueillette et il est indispensable de bien laver la piloselle avant de la laisser sécher au soleil dans un sachet de papier (ou dans un séchoir solaire).

Tisane

  • Faire chauffer un litre d’eau dans une casserole.
  • À ébullition, ajouter 5 g de feuilles sèches.
  • Laisser infuser pendant 10 minutes à couvert, puis filtrer le mélange.
  • Sucrer avec du miel à son goût.
  • Filtrer, puis boire 1 tasse le matin et 1 autre le midi, avant le repas.

Note:

Une autre utilisation moins courante mais pourtant connue:
la piloselle provoque une relaxation profonde lorsqu’elle est fumée.

Disclaimer:
Précaution d’emploi:

Bien qu’il ne soit connu aucune interaction avec d’autres plantes médicinales ou traitement médicamenteux ou aucun effet indésirable ni contre indication, un avis médical est vivement conseillé avant toute prise de piloselle sous quelque forme que ce soit. A cet effet, il ne faut jamais pratiquer l’automédication, même si cette plante ne présente aucune contre-indication connue.

L’épervière au jardin d’ornement:

Il existe au moins une dizaine d’autres épervières médicinales au sein de la centaine d’espèces que compte le genre.

épervière orange

Au jardin d’ornement, pourtant, on préfère souvent
l’Épervière orangée Hieracium aurantiacum ou Pilosella aurantiaca ou Crépide Orangée

Comme nous l’avons vu plus haut, ses propriétés en font un bon couvre sol. Il faut toutefois veiller à ce qu’elle laisse pousser ses voisines. Je n’ai pas eu de souci particulier chez-moi.
Grace à sa facilité de culture et à sa croissance rapide, je m’en sert surtout dans les endroits ingrats où elle peut croitre à son aise, mais il m’est arrivé de l’utiliser en bordures.

Les feuilles poussent au ras du sol, les fleurs s’élèvent à 20 à 30 cm de hauteur, pas plus.
La plante se propage autant par ses stolons que par ses graines. comme la variété jaune, l‘épervière orange  concurrence donc rapidement les adventices.
Lorsque sa propagation peut gêner les autres plantes, il faut la contenir en coupant les fleurs fanées avant qu’elles ne grainent et en rabattant (la tondeuse fait bien l’affaire). Soyez impitoyable: coupez ce qui dépasse de la zone qui lui est impartie à l’aide d’une bêche. Le surplus fera le bonheur de vos amis jardiniers.

Origines de l’épervière:

On préfère la variété à fleurs orangées, plus décorative. Elle est originaire du centre et du sud de l’Europe. C’est une plante alpine.
En rocaille, ses fleurs orange s’harmonisent avec les fleurs jaunes de l’arnica des montagnes (Arnica montana), de l’immortelle des sables (Helichrysum arenarium) ou du poivre de muraille (Sedum acre)
L’épervière orangée supporte le froid jusqu’à – 25 °C et ne nécessite aucune protection.

Pour aller plus loin

Vos commentaires

sont attendus ci-dessous
à tout de suite…

Cette fiche essaie d’être assez complète mais ne peut être exhaustive.
Pour plus de renseignements sur cette plante fascinante qu’est la piloselle, vous pourriez visiter les sites de
Tela Botanica

Inventaire national du patrimoine naturel

Laisser un commentaire