You are currently viewing Pétales délicats de la pâquerette contre les coups.

Pétales délicats de la pâquerette contre les coups.

Vous cherchez un remède contre les ecchymoses, l’inflammation, qui soit aussi analgésique.
En voici un auquel vous ne vous attendiez sans doute pas : la pâquerette.

Un peu de douceur dans ce monde de brutes.

Hier soir, mon petit-fils me téléphone :
“Mamie, je viens de tomber en trottinette en allant au boulot. Il y avait un trou sur la piste cyclable, je ne l’ai pas vu et j’ai fait un vol plané.
Tout est fermé, j’ai mal, ça commence à gonfler, j’ai des coups et des égratignures partout.”
Et bien sûr, rien dans sa pharmacie !
Écoute : descends dans le parc. Sur la pelouse, j’ai vu qu’il y avait des pâquerettes l’autre jour.
Ramasse en une grosse poignée et reviens, je vais t’expliquer.

Comment peut-on se faire des ecchymoses ?

Vive les vacances, le bricolage, mais pas que…

Ici, je vous parle du cas de mon petit-fils qui a fait une chute.
Mais, les cas où nous pourrons utiliser la pâquerette sont multiples.

En effet, du fait que les ecchymoses, communément appelées “bleus”, sont des lésions cutanées causées par des traumatismes qui entraînent la rupture des petits vaisseaux sanguins sous la peau, il ne sera pas rare de s’en faire.

HématomeComment le bleu apparait-il ?

Les vaisseaux sanguins endommagés libèrent du sang qui s’accumule sous la peau, entraînant une décoloration caractéristique.

Et, ce ne sont pas les situations “à risque” qui manquent !

Des coups, des chutes, le bricolage, des accidents de voiture, des blessures sportives (pensez au rugby, au football, au hockey, au basket-ball ou aux arts martiaux…), ce ne sont pas les occasions qui manquent.

Il existe aussi le cas des accidents domestiques, comme se cogner contre un meuble ou trébucher dans les escaliers, peuvent provoquer des ecchymoses.
Les zones les plus touchées sont souvent les jambes, les bras et les hanches, car elles sont plus exposées aux blessures.

Chirurgie ou procédures médicales :
Après une chirurgie ou des procédures médicales, il est courant de remarquer des ecchymoses autour de la zone traitée. Cela est dû aux dommages causés aux vaisseaux sanguins pendant l’intervention (un exemple fréquent : l’arrachage d’une dent).

Enfin, certaines maladies ou troubles de la coagulation, comme certaines affections médicales, comme l’hémophilie ou certains troubles de la coagulation, peuvent rendre les vaisseaux sanguins plus fragiles et plus susceptibles de se rompre, entraînant ainsi des ecchymoses plus fréquentes.

Remarque :
Il est important de noter que si des ecchymoses apparaissent fréquemment sans cause apparente, ou si elles sont accompagnées d’autres symptômes inhabituels, il est recommandé de consulter un professionnel de santé pour évaluer la situation.

La pâquerette pour soigner blessures comme les hématomes, les ecchymoses, les bleus, les contusions et les petites égratignures.

Revenons à l’exemple de mon petit fils.

Tout d’abord, il faudra bien sûr s’assurer que rien n’est cassé et si possible consulter un médecin ou au minimum le pharmacien dans la mesure du possible.

En attendant, il est toutefois possible de se dépanner avec quelques remèdes naturels.

Si vous le voulez bien, découvrons le pouvoir méconnu de la pâquerette (Bellis perennis), cette humble petite fleur aux pétales délicats.

Dans cet article, nous explorerons les propriétés surprenantes de cette petite pâquerette en tant que plante médicinale et nous découvrirons son efficacité remarquable contre les coups.
Nous apprendrons comment cette plante commune peut soulager les ecchymoses, réduire l’inflammation et accélérer la guérison.
Nous découvrirons également les composés actifs présents dans la pâquerette qui lui confèrent ses propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.
De plus, nous partagerons des conseils pratiques sur la manière d’utiliser la pâquerette sous différentes formes : cataplasmes, infusions, teintures ou huiles.

Et pour cela, je fais d’ores et déjà appel à ceux et celles qui pourraient compléter ce que je vais indiquer ici.

En explorant les avantages de cette plante presque banale, nous verrons comment elle peut offrir une alternative naturelle aux médicaments contre les coups.

Ne sous-estimez pas le pouvoir de la pâquerette :
Avec ses bienfaits exceptionnels et sa disponibilité, elle pourrait devenir une alliée précieuse pour soulager les blessures dues aux accidents, aux activités sportives ou de bricolage.

Apprécions à leur juste valeur les trésors cachés de la pâquerette.

Présentation de la pâquerette

Les composés actifs

La pâquerette a les mêmes propriétés que sa cousine l’arnica. La seule différence, c’est que nous pourrons utiliser le baume après coup sur les plaies ouvertes.
Elle fait partie des plantes médicinales.

La pâquerette renferme plusieurs composés actifs qui lui confèrent des propriétés anti-inflammatoires et analgésiques.

Parmi ces composés, on trouve notamment :

  • Des flavonoïdes :

Les flavonoïdes sont des antioxydants présents dans la pâquerette.
Ils aident notamment à réduire l’inflammation en inhibant les enzymes responsables de la production de substances pro-inflammatoires.

  • Des saponines :

Les saponines présentes dans la pâquerette possèdent des propriétés anti-inflammatoires.
Elles aident à atténuer l’inflammation et à soulager la douleur associée aux coups.

  • Des acides phénoliques :

La pâquerette contient également des acides phénoliques, tels que l’acide caféique et l’acide chlorogénique, qui sont connus pour leurs effets anti-inflammatoires et analgésiques.

  • Triterpènes :

Les triterpènes ont des propriétés anti-inflammatoires. Ils aident donc à réduire l’inflammation et à favoriser la guérison des tissus endommagés.

Résumons :

L’action combinée de ces composés aide à atténuer l’inflammation, à réduire la douleur et à favoriser la guérison des blessures causées par les coups.

Cependant, il est important de noter que la recherche scientifique sur les composés spécifiques de la pâquerette est encore en cours, et il peut y avoir d’autres éléments impliqués dans ses bienfaits pour le traitement des coups.

Comment ça marche ?

C’est bien beau tout ça, mais comment les belles propriétés de la pâquerette vont-elles soulager mes bobos ?

C’est tout simple :

Les propriétés anti-inflammatoires et analgésiques de la pâquerette lui permettent de jouer un rôle important dans le soulagement des coups et des ecchymoses.
Regarde comment la pâquerette te soulage :

  • Réduction de l’inflammation :

Lorsqu’un coup survient, il y a souvent une réponse inflammatoire dans la zone touchée. Les composés anti-inflammatoires présents dans la pâquerette aident à diminuer cette inflammation en inhibant les enzymes et les médiateurs de l’inflammation. Cela peut contribuer à réduire la douleur, l’enflure et la rougeur associées aux coups.

  • Soulagement de la douleur :

Les propriétés analgésiques de la pâquerette permettent de soulager la douleur associée aux coups et aux ecchymoses.
Les composés actifs de la plante peuvent agir comme des agents analgésiques en bloquant les récepteurs de la douleur ou en inhibant la transmission des signaux douloureux dans le corps.

  • Stimulation de la circulation sanguine :

Lorsqu’un coup se produit, il peut y avoir une stagnation de la circulation sanguine dans la zone touchée, ce qui peut prolonger le temps de guérison.
La pâquerette peut aider à stimuler la circulation sanguine locale, ce qui favorise l’apport d’oxygène et de nutriments essentiels aux tissus endommagés, accélérant ainsi le processus de guérison.

  • Effets bénéfiques sur la peau :

La pâquerette contient des composés qui favorisent la santé de la peau. Ces composés peuvent aider à régénérer les tissus cutanés endommagés, ce qui peut accélérer la résorption des ecchymoses et aider à prévenir les cicatrices.

Comme tu le vois, en combinant ces différents mécanismes, la pâquerette peut apporter un soulagement global en réduisant l’inflammation, en atténuant la douleur et en accélérant la guérison des coups et des ecchymoses.

Comment en être sûre ?

Tout d’abord, on se réfère aux connaissances traditionnelles :

En effet, la pâquerette est utilisée depuis longtemps dans la médecine traditionnelle pour traiter les blessures cutanées, y compris les coups.
Les connaissances transmises de génération en génération soutiennent l’utilisation de la pâquerette comme remède naturel efficace.

De nombreux témoignages viennent corroborer ces affirmations :

De nombreuses personnes ayant eu recours à la pâquerette ont rapporté leur expérience positive, que ce soit pour soulager les coups ou les ecchymoses. Leurs témoignages mettent en évidence une réduction de la douleur, de l’enflure et une accélération de la guérison après l’application de cataplasmes, d’infusions ou d’huiles à base de pâquerette.
Doit-on les croire ?

La science a voulu vérifier :

Études in vitro :

Des études réalisées en laboratoire ont examiné les propriétés anti-inflammatoires et analgésiques de la pâquerette. Elles ont démontré que certains extraits de pâquerette peuvent inhiber la production de médiateurs pro-inflammatoires et réduire la douleur induite expérimentalement.

Études sur des modèles animaux :

Certaines études menées sur des animaux ont également montré des effets positifs de la pâquerette sur les coups et les ecchymoses. Elles ont, elles aussi, observé une réduction de l’inflammation, une diminution de l’enflure et une amélioration de la guérison cutanée chez les animaux traités avec des extraits de pâquerette.

Alors ? convaincu ?

baume de paquerettes

Sous quelles formes utiliser la pâquerette contre les coups

Nous avons diverses options de préparations très efficaces pour le traitement des coups.

  • En cataplasmes :

Les cataplasmes à base de pâquerette sont réalisés en écrasant les parties aériennes de la plante pour obtenir une pâte. Cette pâte est ensuite appliquée directement sur la zone touchée.

  • En infusions (en local) :

Les infusions de pâquerette sont préparées en versant de l’eau bouillante sur les fleurs ou les feuilles séchées de la plante.

Laisser ensuite infuser quelques minutes, puis filtrer.

Cette infusion peut être utilisée en application locale sur la zone blessée pour apaiser la peau.

  • En teintures :

Les teintures de pâquerette sont des extraits alcooliques de la plante.
Elles sont préparées en faisant macérer les parties de la plante dans de l’alcool quelque temps. Les teintures peuvent être utilisées pures, pour une application locale sur la peau (s’il n’y a pas de lésion),
ou alors diluées dans de l’eau ou mélangées à des huiles végétales, pour une application plus facile.

  • Huiles :

On peut préparer les huiles de pâquerette en faisant macérer les fleurs ou les feuilles de la plante dans une huile végétale comme l’huile d’olive ou l’huile de coco.
Cette méthode permet aux composés actifs de la pâquerette de se transférer à l’huile, créant ainsi une préparation qu’on peut appliquer sur la peau pour soulager les coups.

  • Préparation de crèmes ou baumes :

Ces produits sont pratiques pour une application simple et régulière.

Ma recette préférée :

Ingrédients nécessaires :

  • 1 tasse de fleurs de pâquerette fraîches ou séchées
  • 1 tasse d’huile végétale (comme l’huile d’olive, l’huile de coco ou l’huile d’amande douce)
  • 30 g de cire d’abeille (environ 2 cuillères à soupe)
    ou de cire de tournesol (cire dure)

Instructions :

  • Commencez par préparer un macérat à la pâquerette en faisant infuser les fleurs dans l’huile végétale.
    Placez les fleurs de pâquerette dans un bocal en verre propre et versez l’huile végétale dessus.
    Fermez bien le bocal et laissez le mélange reposer pendant environ 2 semaines dans un endroit chaud et ensoleillé. Agitez légèrement le bocal tous les quelques jours.

  • Après les 2 semaines, filtrez le macérat à l’aide d’un tamis fin ou d’une étamine pour retirer les fleurs de pâquerette. Vous obtiendrez ainsi une huile parfumée à la pâquerette.

  • Dans une casserole sur feu doux, faites fondre la cire dans une petite quantité d’huile végétale (environ 1 à 2 cuillères à soupe).
    Remuez doucement jusqu’à ce que la cire soit complètement fondue.

  • Ajoutez le macérat de pâquerette à la cire fondue.
    Mélangez jusqu’à ce que les ingrédients soient bien combinés.

  • Versez le mélange chaud dans des pots, propres et stérilisés.
    Laissez refroidir complètement à température ambiante.

Votre baume à la pâquerette est prêt à être utilisé !
Appliquez-le sur les zones touchées par les coups.

Note : Assurez-vous d’effectuer un test cutané préalable avant d’utiliser le baume pour vérifier toute réaction allergique. Si vous avez des allergies connues aux plantes de la famille des astéracées (comme le souci, la marguerite, etc.), évitez d’utiliser la pâquerette.

Bellis perennis pâquerette séchée

Pour faire sécher les pâquerettes afin d'en conserver toute l'année

C’est ici le capitule qui va nous intéresser, ce qu’on appelle en fait vulgairement la fleur, mais vous savez que c’est en fait un ensemble de petites fleurs.
Au printemps, on va les cueillir (ou pendant l’été, suivant la région dans laquelle on se trouve), et on
va les placer sur des grilles pour faire sécher.
Il faut bien les étaler, à plat, sur la grille, sans trop les entasser,
puis, nous allons les laisser sécher dans un endroit sec et à l’abri de la lumière directe.
Ensuite, nous allons les stocker en sachet papier ou tissus afin de les utiliser tout au long de l’année.

Nous ne traitons ici que des applications de la pâquerette contre plaies, contusions, blessures, ecchymoses et entorses.

Mais, la pâquerette peut également être utile contre

abcès, dermatoses, furonculoses, eczéma, vitiligo

Et même pour les soins de beauté.

La pâquerette est aussi une plante bio-indicatrice, mais ça, c’est une autre histoire…

N’oubliez pas de nous suivre pour profiter de tous les articles dès leur sortie…

Si vous avez aprécié cet article
si vous avez d’autres indications
Si vous avez des recettes
Si vous voulez en parler…

nous vous attendons dans les commentaires.
A tout de suite de l’autre côté.

Cet article a 7 commentaires

  1. Carole

    Super, je ne connaissais pas les propriétés des pâquerettes, je vais l’ajouter à ma pharmacopée

  2. Laura

    Article très intéressant 🙂 Moi qui prône l’alimentation anti inflammatoire pour soulager les douleurs chroniques, tout se rejoint. La nature a tellement à nous offrir, que ce soit pour nous nourrir, pour nous soulager, pour nous apaiser. Je découvre ton blog, et j’aime beaucoup l’idée de se reconnecter au sol vivant 😉

  3. Caroline

    Merci pour cet article super intéressant 🙂 !
    C’est fascinant de voir comment des remèdes naturels, comme la pâquerette, peuvent être utilisés pour soulager ces petites blessures ! La nature nous offre vraiment de véritables trésors aux propriétés médicinales insoupçonnées.

  4. Mélanie

    Génial! Ça donne envie d’essayer la pâquerette! Est-ce qu’on en trouve en Amérique du nord?

    1. Noyaudujardin

      Je pense que oui, il suffit d’essayer ? Il me semble qu’elle y a été introduite avec succès, mais je ne retrouve pas les sources.

  5. Juju

    Je connaissais l’arnica mais par la pâquerette. J’en n’ai jamais vu en pharmacie. On ne se doute pas que cette fleur si banale peut être si utile!

    1. Noyaudujardin

      C’est que la pâquerette n’est pas assez chère probablement 😉

Laisser un commentaire