Chrysanthème comestible

Chrysanthème comestible

En ce mois de juillet, on commence pas mal de récoltes.
Parmi les fleurs comestibles, je demande « le chrysanthème ».
Et oui, c’est encore une fleur qui a sa place au potager où, en plus d’être décoratif  et comestible, il attire d’innombrables pollinisateurs.

Connaissez-vous « Glebionis coronaria », un chrysanthème comestible ?

chrysantheme comestibleQui est ce chrysanthème ?

Vous le connaissez peut-être sous ses autres noms:
chrysanthème à couronne ou chrysanthème des jardins.
On pense souvent qu’il n’est qu’asiatique, mais on le rencontre dans les champs du pourtour méditerranéen où on le considère comme une adventice.
Et oui ! encore une adventice ignorée à tort.

Côté cuisine

En Chine on l’appelle « tonghao« 
Au japon c’est le « shungiku« 
C’est d’ailleurs sous ce nom qu’on le trouve en graines à faire pousser.

On utilise les jeunes feuilles, cueillies une à une, sans couper la plante qui continue à grandir jusqu’à faire la fleur que l’on pourra manger crue en salade ou cuite dans diverses préparations.

Les feuilles se dégustent crues (gout très aromatique)
Dans ce cas on préfère souvent les servir en mélange avec d’autres feuilles,
ou cuites à la façon des épinards, comme beaucoup de feuilles sauvages.
On peut les utiliser pour des préparations comme les potages, les ragouts…

Les fleurs peuvent être séchées et également être utilisées en infusions (10 g de fleurs).

Recette:

Faire bouillir doucement les fleurs fraîches dans de l’eau pendant 20 minutes, ajouter un peu de miel pour adoucir le gout, puis boire deux cuillères à soupe 3 fois par jours contre la constipation et les maux d’estomac.

Propriétés de la plante:

Les fleurs sont riches en minéraux, en carotène, en vitamines B1 et C et en antioxydant.

  • Effet de dilatation de l’artère coronaire en relaxant directement les muscles lisses (action contre l’hypertension, l’artériosclérose, maladie des artères coronaires)
  • Antiinflammatoire
  • Antibiotique (contre staphylocoque doré, streptocoque bêta-hémolytique, Escherichia coli…expériences in vitro )
  • antipyrétique (états fiévreux)

Le chrysanthème comestible est utilisé en pharmacopée chinoise,

voir ce site

Comment cultiver le chrysanthème comestible

L’emplacement

Au potager comme au jardin d’ornement.
C’est une plante annuelle d’environ 70 cm, plutôt frileuse, mais malgré tout assez accommodante.

On la placera de préférence dans un endroit ensoleillé, mais pas brûlant si les étés sont chauds, sous peine d’ avoir une floraison avancée, ce qui ne permettrait plus la récolte des feuilles.
Pour que les feuilles restent tendres il est conseillé de maintenir un arrosage régulier (sans excès d’eau) et le sol meuble.

Semis

On sème soit directement en place en avril-mai, en lignes distantes de 30-40 cm. Ensuite il faudra éclaircir lorsque les plants auront 3-4 feuilles (15 cm entre plants). Puis éclaircir une seconde fois (30 cm) pour obtenir des plants plus forts.
Pour ma part, je sème plus tôt en godets en intérieur puis j’endurcis en sortant les plants par beau temps et finalement, je repique en place fin mai.  (voir l’article sur les saints de glace).
Arroser abondamment.
Si je vous parle de semer en godets autant que faire se peut, c’est que les limaces adorent les jeunes plantules.

Récolte

Dès que la plante atteint 20 ou 30 cm, on peut démarrer la récolte des feuilles latérales.

Maintenant c’est à vous

manger des chrysanthemes

Comment mangez-vous le chrysanthème ?

Je vous assure, c’est un peu spécial mais c’est très bon.
Le gout
n’est même pas déroutant, on cherche simplement à quoi il peut ressembler.
Inutile donc de le faire ingurgiter de force à votre famille 😉

Je suis sure que vous avez vos petits secrets pour l’incorporer à vos petits plats ou vos salades qu’il relèvera à coup sur.

N’hésitez pas à nous faire partager votre savoir faire dans les commentaires ci-dessous.

A tout de suite…

Cet article a 4 commentaires

  1. Xavier

    Merci pour cet article ! Je viens d’apprendre que les chrysanthèmes sont comestibles. Il va falloir que j’en achète pour y gouter.

  2. Stéphanie

    Merci pour cet article. Je débute en cuisine des plantes sauvages et je ne savais pas que cette fleur était comestible.

  3. Anne Dumaire

    Je ne suis pas très douée en botanique, mais toujours à l’affût d’une nouveauté pour décorer et apporter un nouveau goût dans mes plats, je crois que je vais essayer, en tous cas je retiens l’idée!!

Laisser un commentaire